Carrières des enseignants, internats... Qu’apprend-on dans le livre de Jean-Michel Blanquer sur ses projets pour l’école?

EDITION Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer publie ce vendredi « Construisons ensemble l’école de la confiance »…

Delphine Bancaud
— 
Jean-Michel Blanquer , le 27 avril 2018. AFP PHOTO / Eric FEFERBERG
Jean-Michel Blanquer , le 27 avril 2018. AFP PHOTO / Eric FEFERBERG — AFP
  • Dans son ouvrage sorti ce vendredi en librairie, le ministre de l’Education évoque ses premières réformes rue de Grenelle et les futurs chantiers qui l’attendent.
  • Il veut notamment opérer de gros changements dans la gestion de carrière des enseignants, car il indique vouloir transformer la formation initiale et continue des profs, développer les pré-recrutements, etc.
  • L’occasion aussi pour le ministre de préciser ses projets pour les établissements ruraux ou pour une meilleure inclusion des élèves handicapés.

Sortir un livre pour faire un premier bilan de son action… à peine un an après s’être installé rue de Grenelle. La démarche de Jean-Michel Blanquer est quelque peu surprenante. Mais celui qui est régulièrement dépeint comme le bon élève du gouvernement surfe sur la vague d’intérêt qu’il suscite et ne compte pas bouder son plaisir.

Dans Construisons ensemble l’école de la confiance* qui paraît ce vendredi, le ministre de l’Education se satisfait des changements qu’il a déjà entrepris. « Le réformisme est enclenché, a-t-il commenté ce vendredi devant la presse. On nous avait dit qu’il était impossible de dédoubler les CP à la rentrée 2017, nous l’avons fait », se satisfait-il. Idem pour la réforme du bac.

« Une évolution des maquettes de formation »

Mais là où l’ouvrage revêt un plus grand intérêt, c’est lorsque le ministre évoque les futurs chantiers qui l’attendent. Sa volonté de mettre l’accent sur la gestion de carrière des enseignants apparaît alors clairement. Il évoque son intention de faire le bilan des ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) et de les faire bouger.

« Cela passe par une évolution des maquettes de formation », écrit-il. Avec l’envie que la recherche internationale dans le domaine de l’éducation irrigue davantage la formation initale des enseignants. « Pour construire les compétences des professeurs, nous devons nous inspirer de ce qui se fait de mieux », insiste-t-il. La question de la place du concours, actuellement en fin de première année de master, fait manifestement partie de la réflexion car le ministre indique qu’il faut « positionner le concours au bon moment », sous entendu qu’il ne l’est pas actuellement.

« Nous devons mieux reconnaître le mérite des professeurs »

Pour endiguer la pénurie de profs dans certaines disciplines, le ministre souhaite aussi développer les pré-recrutements d’enseignants. Un moyen aussi d’attirer des étudiants issus des classes populaires, peu nombreux à atteindre le niveau master. Une initiative qui ne serait pas nouvelle puisqu’en 2012, le gouvernement précédent avait créé des contrats d'avenir professeurs pour prérecruter des enseignants.

Conscient de la faiblesse de la formation continue des enseignants, le ministre souhaite aussi la développer et la systématiser. Dans la même logique, il veut booster l’accompagnement pédagogique des profs par les inspecteurs d’académie. Pas sûr que cela plaise aux principaux intéressés.

Concernant la rémunération des enseignants, le ministre de l’Education ne s’avance pas trop : « Nous devons mieux reconnaître le mérite des professeurs », lance-t-il. En février, Edouard Philippe avait présenté un plan d’évolution des statuts des fonctionnaires en déclarant : « Une part de la rémunération [du fonctionnaire] doit être liée au mérite et à l’atteinte des résultats individuels et collectifs ». Mais le dossier est tellement sensible que Jean-Michel Blanquer ne va pas plus loin dans son ouvrage. Parallèlement, il indique travailler à « une prime spécifique pour les personnels exerçant en REP [réseaux d’éducation prioritaire] » qui leur serait versée « d’ici à la fin du quinquennat ». Ce qu’il avait déjà annoncé précédemment.

Tous les profs seront formés à la gestion du handicap

Accusé ces derniers mois de privilégier les écoles des villes au détriment des écoles des champs, Jean-Michel Blanquer martèle dans son livre que « l’Education nationale ne se désengage pas des territoires ruraux ». Il annonce donc sa volonté de « développer les CM2 et des 6e expérimentales afin d’accueillir de nouveaux collégiens extérieurs au territoire et hébergés dans les internats ». Il précise aussi que le gouvernement agira pour rénover les bibliothèques des écoles rurales et pour étendre le haut débit à l’ensemble du territoire.

Autre projet du ministre : « réconcilier les parents et l’école ». Il annonce donc vouloir développer « la mallette des parents », un dispositif qu’il avait initié lorsqu’il était recteur de Créteil (Val-de-Marne) et qui consiste à organiser des rencontres parents/profs lors de l’année scolaire, de mettre à disposition des premiers des fiches méthodologiques pour aider leurs enfants à progresser dans les apprentissages…

Sur la question de la politique du handicap de son ministère, Jean-Michel Blanquer déclare dans son livre vouloir instaurer « une formation initiale et continue de haute qualité sur le sujet du handicap pour nos professeurs, comme pour les personnels spécialisés ». Et là encore, il veut s’inspirer de l’étranger, en puisant des idées dans les politiques danoise et italienne en la matière. Il rappelle que « 2.150 Ulis (unités localisées pour l’inclusion scolaire) vont être créés durant le quinquennat » et qu’en « 2020, le nombre d’unités d’enseignement externalisé sera doublé ».

Des plans ambitieux

Désireux de ratisser large, Jean-Michel Blanquer aborde même la question de l’enseignement culturel en insistant sur ces projets autour du chant : « Dès la rentrée, tous les collégiens de France seront en situation de choisir une option chorale de deux heures », précise-t-il.

Une foule de projets qui vont tous dans le même sens, explique le ministre : « Dans les quatre ans collectivement, nous devons avoir remporté une manche décisive sur la difficulté scolaire à laquelle sont confrontés trop d’enfants de notre pays », insiste-t-il à la fin de son ouvrage. Un défi immense.

>> A lire aussi : Lecture, écriture, calcul... L'Education nationale publie ses recommandations pour apprendre les bases

>> A lire aussi : Assises de la maternelle: L'instruction obligatoire dès 3 ans, une mesure symbolique?

>> A lire aussi : VIDEO. Technicien, bardé de diplômes… Qui est Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education?

 

*« Construisons ensemble l’école de la confiance », Jean-Michel Blanquer, éditions Odile Jacob, 17,90 euros.