SNCF: La compagnie va-t-elle récompenser les cadres qui ont prêté main forte pendant la grève?

MOUVEMENT SOCIAL Les cadres de la compagnie pourraient bénéficier d’un bonus exceptionnel…

L.Br.

— 

Deux
Deux — Jacques Witt/ Sipa/SIPA

Pour récompenser les cadres qui ont aidé à renseigner les voyageurs pendant les jours de grève, la SNCF envisage d’accorder un bonus, selon une information de Franceinfo.

Des heures supplémentaires pour les cadres, c’est normalement impossible pour ces salariés payés au forfait. Mais la SNCF envisage d’y avoir recours, pour récompenser les salariés qui ont enfilé le gilet rouge pour aiguiller les voyageurs dans les gares.

Cette information est révélée alors que le tribunal de grande instance de Bobigny doit rendre sa décision ce vendredi sur le paiement ou non des jours de repos des cheminots entre deux jours de grève. Salariés et direction divergent sur la question.

Le paiement jours de repos devant la justice

Le conflit actuel est atypique avec un rythme de deux jours de grève sur cinq, au lieu d’un mouvement continu, pour permettre aux cheminots de ne pas perdre trop d'argent pendant la grève. Selon les syndicats, chaque épisode de grève est indépendant car il repose sur des préavis déposés séparément et pour des motifs différents. Chaque séquence n’étant que de deux jours, aucune retenue au titre des repos ne devrait donc être effectuée selon eux.

Pour la direction au contraire, le mouvement de grève actuel ne fait qu’un, n’ayant qu’un objet : la réforme ferroviaire. Elle entend donc cumuler les jours de grève effectués par un agent pour calculer des retenues sur salaire supplémentaires au titre des repos. « Lorsqu’il n’y a pas de jours travaillés, les jours de repos n’ont pas à être payés, ce n’est que du bon sens », a confirmé le PDG Guillaume Pepy. L’action en justice doit trancher la question.

Les cheminots entament ce vendredi le 10e épisode de leur grève perlée et le trafic reste très perturbé.

>> A lire aussi : Grève à la SNCF: «On ne peut pas s'adapter à la grève, on la supporte...»