Plan Borloo pour les banlieues: Emmanuel Macron ne présentera pas le «Plan Banlieues» le 22 mai

ARBITRAGE Jean-Louis Borloo a rendu fin avril au président un rapport et des propositions pour les banlieues...

L.Br.

— 

Emmanuel Macron, le 17 mai 2018 en Bulgarie.
Emmanuel Macron, le 17 mai 2018 en Bulgarie. — Darko Vojinovic/AP/SIPA

Il avait été annoncé en grande pompe il y a un mois, au moment de la publication du rapport Borloo. Le « Plan Banlieues » d’ Emmanuel Macron ne sera finalement pas présenté comme prévu le 22 mai, d’après une information de franceinfo.

Les mesures d’Emmanuel Macron pour les banlieues étaient attendues pour le 22 mai. La réception à l’Elysée est maintenue : le président de la République a invité des acteurs de terrains, élus, associatifs et institutionnels. A cette occasion, il devrait définir un cap, mais sans parler de financement, assure franceinfo. Jean-Louis Borloo, auteur d’un ambitieux rapport sur le sujet, devrait également être présent, en tant que « simple invité ».

Selon franceinfo, le gouvernement estime que le rapport « souffre d’angles morts sur la sécurité ou le communautarisme ».

Borloo veut créer sa fondation

Présenté fin avril, le plan Borloo appelle à une « réconciliation nationale », et se veut un « plan de mobilisation » en faveur des quartiers prioritaires. Fonds de 5 milliards d’euros, relance de la rénovation urbaine, effort sur l’école… Le rapport appelle à « un changement radical dans la conduite de l’action publique ».

Le rapport dressait également un constat sombre de la prise en charge des quartiers difficiles. « Près de 6 millions d’habitants vivent dans une forme de relégation » voire, parfois, « d’amnésie de la Nation », a écrit l’ancien maire de Valenciennes.

Soutenu par l’Association des maires de France, Jean-Louis Borloo a annoncé que si l’Etat ne fait rien pour les banlieues, il créera sa propre fondation pour peser sur l’action publique et les financements des quartiers populaires.

>> A lire aussi : Plan Borloo pour les banlieues. Les 19 propositions de l’ancien ministre contre un « nouvel apartheid »

>> A lire aussi : Plan Borloo pour les banlieues. «Il faut un plan humain», estime Philippe Rio, maire de Grigny

>> A lire aussi : Démission du maire de Sevran. Des plans banlieues à la pelle, et toujours pas de résultats