Un internaute permet aux Restos du Cœur de gagner deux ans de courses grâce à un tweet

SOLIDARITE Deux ans de course contre 100.000 retweets...

C. Ape.

— 

Montpellier (Hérault). Des jeunes collectent des fonds pour les Restos du Coeur.
Montpellier (Hérault). Des jeunes collectent des fonds pour les Restos du Coeur. — LODI FRANCK/SIPA

« Combien de RT pour un an de courses ? » C’est la question posée par un internaute au groupe Casino la semaine dernière sur Twitter.

« Défi accepté ! Si tu atteins les 100k RT (soit 100.000 retweets), on t’envoie ta carte de fidélité créditée avec un an de courses à utiliser en magasin ou sur Casino Drive & Livraison », a répondu l’enseigne à Damien Mescudi.

Sur le même modèle que les précédents défis « combien de RT pour des nuggets à vie ? » ou « combien de RT pour un maillot de Thomas Meunier ? », cet internaute a donc appelé à la solidarité sur la Toile. Avec le même succès.

Deux ans de course pour les Restos

En 18 heures à peine, rapporte franceinfo, l'homme a obtenu les 100.000 retweets demandés. « Je n’aimais pas la démarche de réclamer des choses. Je me suis dit qu’il y avait peut-être quelque chose de bien à faire avec cette méthode », a-t-il indiqué.

Quid de cette carte de fidélité ? Après avoir contacté Casino, l’homme avait alors indiqué sa volonté de voir les courses livrées au Resto du Cœur du IXe arrondissement de Paris. « Super, considérez ça comme fait. Je vous donne dès maintenant l’adresse à laquelle livrer cette carte une fois les 100k RT atteints : Les Restos du Cœur, 42 rue de Clichy, 75009 Paris. Merci ! »

C’est ainsi que Casino s’est engagé à verser au Restos du Cœur 4.160 euros. Pourquoi une telle somme ? L'association a expliqué à France Soir avoir basé ses calculs sur « un panier hebdomadaire de 40 euros sur 52 semaines ». Les plus forts en calcul mental auront deviné que cela représente 2.080 euros. Une somme que Casino a décidé de multiplier par deux « lorsqu'(elle a) su que c’était pour les Restos du cœur », a indiqué le porte-parole du groupe.

>> A lire aussi : Toulouse: Et si vous passiez les fêtes à aider les autres ?