La CGT participera à la «marée populaire» du 26 mai aux côtés de la France insoumise

MANIFESTATION De nombreuses associations et organisations syndicales et politiques appellent à une manifestation commune le 26 mai pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité...

20 Minutes avec AFP

— 

Des drapeaux de la CGT à Toulouse lors d'une manifestation le 19 avril 2018.
Des drapeaux de la CGT à Toulouse lors d'une manifestation le 19 avril 2018. — PASCAL PAVANI / AFP

La CGT a annoncé sa participation à la marée populaire. Le syndicat « appelle à une large mobilisation, le samedi 26 mai », dans le cadre de la journée d’action organisée par plusieurs organisations syndicales, associatives et politiques, dont la France insoumise.

Cette présence est justifiée par « l’urgence sociale », explique la CGT. « Il s’agit de rassembler la jeunesse, les retraités, les salariés en emploi et hors de l’emploi, les précaires ainsi que toutes celles et ceux qui, solidaires des luttes en cours, ne sont pas encore engagés dans l’action », explique le syndicat dans son communiqué. « La CGT reste ainsi fidèle à ses principes d’indépendance tout en favorisant l’expression du plus grand nombre de citoyens », ajoute-t-elle.

Une décision démocratique

Réunies le 3 mai à la Bourse du travail à Paris à l’initiative de l’association Attac, plusieurs organisations syndicales, politiques et associatives s’étaient mises d’accord sur le principe d’une manifestation le 26 mai pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. Parmi elles, La France Insoumise, Solidaires, le Snesup FSU, le Syndicat de la magistrature, la Fondation Copernic, Femmes Égalité ou le NPA.

La décision a été prise après un vote de toutes les organisations. Mardi, une source interne à la CGT, avait indiqué qu’une majorité d’organisations CGT avait approuvé la participation du syndicat à cette mobilisation, dans le cadre d’une consultation interne lancée début mai. Selon cette source, « 78 organisations CGT ont donné leur aval, six se sont abstenues et six ont voté contre ».

La CFDT et FO ont d’ores et déjà annoncé qu’elles ne participeraient pas à la journée du 26.

>> A lire aussi : Mobilisation sociale. «Ce qu'il faut maintenant c'est une marée populaire», estime Besancenot