VIDEO. Assemblée: Marlène Schiappa accuse le député LR Fabien Di Filippo de «misogynie crasse»

ASSEMBLEE NATIONALE La passe d'armes a eu lieu pendant l'examen de l'article controversé sur la répression des infractions sexuelles sur les mineurs...

M.C.

— 

Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 15 mai 2018.
Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale, le 15 mai 2018. — Jacques Witt/SIPA

Climat tendu à l’Assemblée pendant l’examen d’un article controversé. Alors que les députés ont voté dans la nuit de mardi à mercredi l’article 2 sur la répression des infractions sexuelles sur les mineurs du projet de loi de Marlène Schiappa, un épisode agité a opposé dans la soirée la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes et un député LR.

L’élu de Moselle Fabien Di Filippo a accusé Marlène Schiappa de « faire passer (sa) conception libertaire des rapports sexuels y compris entre mineurs et majeurs avant la protection de nos enfants ».

Offusquée, la secrétaire d’Etat a demandé une suspension de séance, dénonçant des « insultes » et des « suppositions totalement déplacées » qui démontrent selon elle la « misogynie crasse » du député et son « ignorance profonde de ce qu’est la liberté des femmes ».

 

« Réactionnaire, conservateur, mais pas nécessairement misogyne »

Plus tôt, Marlène Schiappa avait demandé à la droite d'« arrêter d’interrompre les femmes qui parlent » et de cesser « les railleries à connotation assez sexistes » notamment sur « le physique » des députées ou leur capacité à « penser » par elles-mêmes.

« Ces réactions n’ont pas lieu parce que vous êtes une femme et c’est une femme qui vous parle », a réagi la députée LR de Savoie Emilie Bonnivard, rapporte le Huffington Post. Elles ont lieu parce que vous fustigez nos propositions. Et je crois que vous desservez la cause des femmes lorsque vous vous mettez dans un rôle de femme au lieu de vous mettre dans un rôle de ministre. »

Pour désamorcer la situation, le député de La France insoumise Alexis Corbière a plaisanté sur « la sexualité dite libertaire : est-ce que c’est une sexualité qui se pratique avec des sous-vêtements rouges et noirs, peut-être ? ». Puis, s’adressant à Marlène Schiappa : « Madame la ministre, vous utilisez souvent dans la réplique la misogynie en toute occasion, en l’occurrence ce n’était pas adapté. Réactionnaire, conservateur, une sexualité triste sans aucune doute, pas nécessairement misogyne. »