Toulouse: Discriminations, santé... Les combats que veut (encore) mener la communauté LGBT

SOCIETE Les actes homophobes ont augmenté de près de 9 % en un an en Occitanie. La lutte contre les discriminations s’invitera à nouveau dans le cortège de la Marche des Fiertés LGBT le 9 juin dans la Ville rose…

Helene Menal

— 

Pour la première fois, à la veille de la Marche des Fiertés, le Pont Neuf de Toulouse deviendra arc-en-ciel. Montage.
Pour la première fois, à la veille de la Marche des Fiertés, le Pont Neuf de Toulouse deviendra arc-en-ciel. Montage. — Pride Toulouse
  • 145 signalements ont été recensés par SOS Homophobie en 2017 en Occitanie, soit une augmentation de 8,78 % en un an.
  • Les discriminations seront – encore – au centre la Marche des Fiertés LGBTQI qui aura lieu le 9 juin à Toulouse.
  • Et, pour la première fois, le Pont-Neuf se transformera en arc-en-ciel géant.

On ne choisit pas ses voisins. Une enquête est en cours à Toulouse après l’agression verbale et physique d’une personne transsexuelle jugée indésirable par des habitants de son immeuble. Non contents de la bousculer et de l’insulter, ses voisins du dessus ont dégradé son appartement et sa voiture, l’ont « outé » auprès des autres locataires comme on distribuerait des tracts. Et le dépôt d’une plainte qui ne rentre pas vraiment dans les cases n’a pas été une mince affaire pour la victime.

Ce cas typique de transphobie fait partie des 145 signalements recensés en Occitanie (dont 14 en Haute-Garonne et 54 dans l’Hérault) pour 2017 par l’association SOS homophobie, qui vient de dévoiler son rapport annuel. Dans la région, les agressions homophobes, verbales ou physiques, sont en augmentation de 8,78 %.

« Cinq ans après le mariage pour tous et, même à Toulouse, on n’est pas à l’abri », souligne Jérémy Perrard, délégué régional de SOS Homophobie et coprésident de Pride Toulouse. La communauté LGBTQI (QI, pour queer et intersexe) craint que la décision du gouvernement sur l’ouverture (ou pas) de la procréation médicalement assistée (PMA), ne déchaîne à nouveau la haine.

Problème d’accès aux soins

La lutte contre l’homophobie fera donc logiquement partie des revendications de la Marche des Fiertés programmée le 9 juin dans la Ville rose. La santé aura aussi sa place sur les chars colorés. Et notamment la décision, jugée « hallucinante » par les associations de déménager le Centre gratuit d’information de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) de l’hôpital La Grave, en centre-ville, au CHU de Purpan. Le centre dépiste notamment le VIH et autres maladies sexuellement transmissibles. « Avec cette dégradation de l’accès aux soins, nous craignons une augmentation des contaminations », indique Baptiste Poiret de président du collectif Arc-en-Ciel Occitanie.

Mais il y a aussi des combats gagnés. Celui de la visibilité notamment. A l’approche de la Gay Pride, le « rainbow flag » va flotter aux frontons des hôtels de la région et du département. Sur le Capitole, pas encore. Mais la mairie a accepté d’illuminer le pont Neuf en mode arc-en-ciel. Cette première aura lieu dans la soirée du vendredi 8 juin.

>> A lire aussi : Homophobie: «J'ai été mis à la rue par ma mère, mais j'ai réussi à m'en sortir», raconte Mehdi

 

Festival

A partir de jeudi et pendant les trois semaines qui vont précéder la Marche des Fiertés, une centaine de manifestations militantes et/ou festives auront lieu dans toute la région.