Attaque du Thalys: «Je n'ai pas pu tuer», a expliqué au juge le djihadiste Ayoub El-Khazzani

ENQUETE Le 21 août 2015, Ayoub El-Khazzani embarquait à bord d’un train Thalys à Bruxelles armé d’une kalachnikov, avant de tenter de s’en prendre aux passagers...

L.Br.

— 

Un agent de police inspecte la scène de crime, le 21 août 2015.
Un agent de police inspecte la scène de crime, le 21 août 2015. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

L’assaillant a parlé aux juges. Ayoub El-Khazzani, qui a attaqué un train Thalys le 21 août 2015, s’est exprimé sur l’attentat déjoué, révèlent nos confrères de France inter.

« Personnellement, j’ai pas pu tuer ». Ayoub El-Khazzani, l’assaillant du Thalys, a livré sa version des faits lors d’un interrogatoire face au juge d’instruction, le 23 novembre. « J’avais deux armes avec moi. Intérieurement, j’étais détruit psychiquement, mais à la dernière minute, je n’ai pas pu », a poursuivi l’homme âgé de 28 ans.

Le 21 août 2015, l’assaillant embarquait à bord d’un train à Bruxelles armé d’une kalachnikov, avant de tenter de s’en prendre aux passagers. Stoppé dans l’attaque par trois Américains, il avait ensuite été arrêté par les autorités.

Regret de ne pas avoir tiré

Avant de passer à l’action, Ayoub El-Khazzani s’est rendu en Syrie, rappelle France inter. Il y a rencontré Abdelhamid Abaaoud, le coordonnateur des attentats du 13 novembre 2015​. C’est lui qui a donné l’ordre d’agir dans le Thalys. « Il m’a dit que la cible était le Thalys où je devais attaquer des Américains » a-t-il aussi expliqué lors d’un autre interrogatoire en décembre 2016. Là, « je me suis dirigé vers les Américains », raconte-t-il. « A un moment, un Américain, un grand, m’a fixé, il était loin de moi. Je l’ai vu de face et je n’ai pas pu le tuer ».

S’il a refusé la ceinture d’explosifs proposée par le commanditaire de l’attentat car il était « contre le fait de massacrer des gens », il a dit regretter de n’avoir pas pu appuyer sur la gâchette face aux militaires. « En garde à vue, très honnêtement, j’ai regretté de ne pas avoir tué, après avoir vu tout ce qui se passe en Syrie. » Le dossier est en cours d’instruction depuis bientôt trois ans.

>> A lire aussi : Attaque du Thalys. «Je pensais que j'allais mourir», explique le rescapé franco-américain

>> A lire aussi : Attentat manqué du Thalys. Le djihadiste Ayoub El Khazzani «assume ses responsabilités», selon son avocate

>> A lire aussi : Attaque dans un Thalys. L’étrange stratégie de défense d’Ayoub El Khazzani