Carburants: Une association accuse distributeurs et pouvoir publics de faire flamber les prix à la pompe

TAXES L'association a constaté « un surplus de dépense compris entre 100 et 225 euros par année » pour les ménages français...

L.Br. avec AFP

— 

L'association CLCV pointe la responsabilité des pouvoirs publics dans la remontée des prix du carburant (image d'illustration).
L'association CLCV pointe la responsabilité des pouvoirs publics dans la remontée des prix du carburant (image d'illustration). — FRANCK LODI/SIPA

L’association de défense des consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) alerte sur la remontée des prix du carburant depuis près d’un an dans un rapport publié ce mercredi. Dans son viseur : les pouvoirs publics et les distributeurs.

L’association a épluché la hausse des prix du gazole et de l’essence et a livré ses résultats. Elle a constaté « un surplus de dépense compris entre 100 et 225 euros par année » pour les ménages français.

Si l'augmentation du prix du baril joue dans cette flambée à la pompe, « son impact a été assez largement amorti par la forte appréciation de l’euro relativement au dollar », tempère la CLCV. L’association pointe du doigt les abus des pouvoirs publics, qui « [augmentent] les taxes sur le carburant », et des distributeurs.

Haro sur les taxes

L’organisation accuse en particulier les stations essences et les grandes surfaces de faire flamber les prix. Cette pratique serait « tendancielle » depuis une dizaine d’années, avec une « dizaine de centimes le litre ». Une marge qui connaît « parfois des hausses ponctuellement fortes », alerte l’association.

Face à ce constat, la CLCV demande aux pouvoirs publics « d’interrompre leur politique d’augmentation des taxes sur le carburant » et aux professionnels « de modérer leurs marges de distribution ».

Cette année, l’essence s’est vendue 14,3 centimes d’euros plus chère selon l’association qui a fait les calculs. Les données de l’Union des industries pétrolières et du ministère de l'Économie sont encore plus alarmantes concernant le gazole : son prix à la pompe a grimpé de 1.431 euros, soit une hausse de 21,5 centimes d’euros.

>> A lire aussi : Pétrole. Pourquoi la chute du cours du brut ne se répercute pas totalement sur les prix à la pompe?