Pour Marlène Schiappa, la castration chimique des agresseurs sexuels n’est «pas efficace»

AGRESSION SEXUELLE La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a affirmé ce mardi que la « castration chimique », que Laurent Wauquiez souhaite imposer aux agresseurs sexuels, n’était « pas efficace »…

avec AFP

— 

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité hommes-femmes, le 19 mars 2018 à Paris.
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité hommes-femmes, le 19 mars 2018 à Paris. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

« La castration chimique, ce n’est pas efficace ». Interviewée sur RMC et BFMTV, Marlène Schiappa a affirmé que ce genre de solution, soutenue par le président LR Laurent Wauquiez dans une interview à 20 Minutes, n’avait pas fait ses preuves. « C’est même plutôt le contraire », a-t-il ajouté, évoquant l’affaire du meurtre d’Angélique par un homme inscrit au Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles, était évoquée.

La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes a rappelé que l’on pouvait « violer aussi avec des objets ». « Et souvent dans ces cas-là les agresseurs, les prédateurs trouvent d’autres moyens, il y a une escalade dans la violence. »

Mieux protéger les femmes

Concernant les violences sexistes et sexuelles au travail, Marlène Schiappa a annoncé le lancement d’un appel à projets, doté « d’un million d’euros d’argent public pour financer des projets contre les violences sexistes et sexuelles au travail ».

Estimant que l’Etat devait « reprendre la main » sur ces sujets, elle a précisé qu’il y aurait un appel à projet national et un appel à projets dans chacune des treize régions « pour mieux protéger les femmes », « les informer » et « les défendre ».