Notre-Dame-des-Landes: Les représentants de la ZAD dénoncent la «pression» mise par l'Etat

EXPULSIONS La délégation du mouvement de la ZAD a de nouveau rencontré la préfète de Loire-Atlantique ce lundi...

F.B.

— 

Les représentants de la ZAD à leur sortie de la préfecture de Loire-Atlantique, le 7 mai 2018.
Les représentants de la ZAD à leur sortie de la préfecture de Loire-Atlantique, le 7 mai 2018. — F.Brenon/20Minutes
  • La première réunion du comité de pilotage portant sur l'affectation des terres de la ZAD se tiendra le 14 mai.
  • L'Etat a suspendu les expulsions d'occupants illégaux jusqu'à cette date.
  • Une quarantaine de projets nominatifs, dont 28 agricoles, ont été déposés par les zadistes.

Une semaine avant la première réunion du comité de pilotage portant sur l’affectation des terres de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, une délégation du mouvement zadiste a de nouveau rencontré la préfète de Loire-Atlantique ce lundi. S’ils perçoivent une « volonté d’avancer » de l’Etat concernant l’étude des projets non agricoles, les délégués déplorent « l’absence de calendrier » permettant d’y « voir clair ».

Surtout, ils reprochent la « pression » mise par le gouvernement. Ce dernier a en effet décrété une trêve des expulsions jusqu’au 14 mai inclus, laissant entendre que les occupants illégaux n’ayant pas déposé de projet nominatif d’installation pourraient être expulsés à partir du lendemain.

« Il y aura forcément une intervention policière »

« C’est vraiment absurde de mettre cette épée de Damoclès alors qu’on est en pleine discussion. Il est compliqué de pouvoir discuter, de construire un projet, de se poser, quand on a des menaces », regrette Dominique Fresneau, membre de la coordination des opposants au projet d’aéroport.

« Peu de temps après le 15 mai, il y aura forcément une intervention policière, est convaincu un représentant de la ZAD se faisant appeler Camille. L’Etat souffle le chaud et le froid, d’un côté en montrant une volonté de négociation et d’ouverture, de l’autre en le faisant systématiquement par des ultimatums. »

Les maires auront leur mot à dire

Une quarantaine de projets nominatifs, dont 28 projets agricoles, ont été déposés le 20 avril à la préfecture de Loire-Atlantique par des occupants de la ZAD. Seuls les projets agricoles sont étudiés en priorité par les services de l’Etat.

Les maires des communes de Notre-Dame-des-Landes et de Vigneux-de-Bretagne seront présents le 14 mai lors du comité du pilotage. Ce sera principalement à eux de se positionner sur l’acceptation d’habitats précaires et projets non agricoles sur la ZAD. La venue du ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, est également pressentie le 14 mai.

>> A lire aussi : Près de 900 gendarmes ont quitté la ZAD de Notre-Dame-des-Landes