Emmanuel Macron n'est pas fan des APL.
Emmanuel Macron n'est pas fan des APL. — Blondet Eliot POOL/SIPA

HISTOIRE DE FRANCE

Pour Emmanuel Macron, les défenseurs des APL «ne savent pas ce qu'est l'histoire» de la France

Le chef de l'Etat a acté la baisse des aides au logement de 5 euros à l'automne dernier...

Avant même sa diffusion, l’extrait sonore d’un documentaire sur Emmanuel Macron suscite la polémique. Le chef de l’Etat s’en prend aux défenseurs des droits des mal-logés, qui ont vivement protesté contre la baisse de 5 euros des aides au logement (APL).

Dans le documentaire diffusé ce lundi soir sur France 3, le chef de l’Etat critique « ceux qui pensent que le summum de la lutte c’est les 50 euros d’APL », et les met en regard des « valeurs » pour lesquelles le colonel Beltrame est mort lors des attentats de Trèbes.

« Le colonel Beltrame est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse. Les gens qui pensent que la France, c’est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social qui ne sale plus (…)» et où l'« on invoque la tragédie dès qu’il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que le summum de la lutte c’est les 50 euros d’APL, ces gens-là ne savent pas ce que c’est que l’histoire de notre pays », déclare Emmanuel Macron dans un extrait du documentaire diffusé sur France Inter.

« L’histoire de notre pays, c’est une histoire d’absolu, c’est un amour de la liberté au-delà de tout, c’est une volonté de l’égalité réelle », ajoute le président de la République.

« D’un point de vue esthétique, on ne peut pas lui donner tort »

Sur Europe 1, l’auteur du documentaire « Emmanuel Macron, la fin de l’innocence », Bertrand Delais, proche du chef de l’Etat, a justifié ces propos. « Macron veut, de façon quasi-obsessionnelle, inscrire son action dans l’histoire. Au fond, il dit que la lutte d’Arnaud Beltrame n’est pas comparable à une lutte plus confortable, qui est celle des APL. D’un point de vue esthétique, au regard de l’histoire, on ne peut pas lui donner tort. Simplement, est-ce que c’est audible dans l’état de crispation du pays ? », défend-il.

La baisse à l’automne dernier des APL (aides personnalisées au logement), de 5 euros mensuels pour 6,5 millions de ménages bénéficiaires, sans distinction, avait été vivement critiquée par les ONG de défense des mal-logés, les bailleurs sociaux et certains syndicats.

>> A lire aussi : «Make our planet great again», «kwassa-kwassa»... 5 déclarations qui marquent l'année de mandat d'Emmanuel Macron