VIDEO. Grève à la SNCF: Edouard Philippe promet de nouvelles «discussions en mai» avec les syndicats

TRANSPORT Alors que la grève à la SNCF est entrée la semaine dernière dans son deuxième mois, « les 15 jours à venir vont être primordiaux », estime un représentant de l’Unsa reçu ce lundi par le Premier ministre…

20 Minutes avec AFP
— 
Edouard Philippe, le Premier ministre, avait convié le 7 mai 2018 les dirigeants de l'Unsa à Matignon au sujet de la réforme ferroviaire.
Edouard Philippe, le Premier ministre, avait convié le 7 mai 2018 les dirigeants de l'Unsa à Matignon au sujet de la réforme ferroviaire. — Jacques Witt/SIPA

De nouvelles «discussions en mai» avec les organisations syndicales. C'est ce qu'a annoncé le Premier ministre aux représentants de l'Unsa alors qu'il reçoit ce lundi à tour de rôle les syndicats de la SNCF. Edouard Philippe a également indiqué que le gouvernement pourrait déposer des amendements au projet de loi de réforme ferroviaire qui doit être examiné fin mai au Sénat.

Il recevra «à nouveau» les syndicats «dans la même configuration» avant l'examen du texte au Sénat, a déclaré Luc Bérille, secrétaire général de l'Unsa. Aujourd'hui, je pense qu'on a été entendus en termes de méthode et de dialogue social« et «les 15 jours à venir vont être primordiaux», a estimé Roger Dillenseger, secrétaire général de l'Unsa ferroviaire. Edouard Philippe n'a pas donné de «montant précis» pour la reprise de la dette de la SNCF, une reprise «progressive et substantielle» du 1er janvier 2020 à 2022, a-t-il ajouté.

«Pas de garanties suffisamment précises»

Concernant la convention collective nationale du secteur ferroviaire, dont le calendrier de négociation est «extrêmement serré», «on a obtenu de prioriser les travaux et peut-être de dépasser le 1er janvier 2020», date de lancement de la réforme et de la fin des embauches au statut de cheminots à la SNCF. C'est «une affaire à suivre», a résumé Luc Bérille car il n'y a «pas de garanties suffisamment précises» à part ces «quelques ouvertures en termes de discussions qui devraient être menées dans le courant du mois de mai».

L'intersyndicale CGT, Unsa, SUD et CFDT de la SNCF va se réunir et «prendra une décision collectivement» concernant la suite de la mobilisation, a souligné Roger Dillenseger. L'intersyndicale se réunira «mercredi soir à 17H00 au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis)» pour faire le point après les rendez-vous de Matignon, a précisé Florent Monteilhet, secrétaire fédéral de l'Unsa ferroviaire.

La grève à la SNCF est entrée la semaine dernière dans son deuxième mois. Après l'Unsa, Edouard Philippe recevait les représentants de la CGT, dont son leader Philippe Martinez, et de la CGT Cheminots, avant ceux de la CFDT, de SUD-Rail et de FO.