VIDEO. APL: La baisse de cinq euros était «une mauvaise décision», reconnaît un ministre

LOGEMENT Le secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires, Julien Denormandie, a promis dimanche sur France 3 qu’il n’y « aurait plus aucun perdant » en matière d’aides au logement...

M.C. avec AFP
— 
Julien Denormandie, le 8 mai 2017.
Julien Denormandie, le 8 mai 2017. — CHARLES PLATIAU/AFP

La mesure, mise en place à l’automne dernier, avait été vivement critiquée. Le secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires, Julien Denormandie, a reconnu dimanche que la baisse des APL avait été une « mauvaise décision » et promis qu’il n’y « aurait plus aucun perdant » en matière d’aides au logement.


« On a pris des décisions l’été dernier qui étaient de mauvaises décisions, de réduire comme cela par un coup de rabot, 5 euros (par mois) sur ce montant des APL » (aides personnalisées au logement), a-t-il reconnu sur France 3. « Nous avons corrigé la chose, nous avons lancé une réforme de fond sur le logement social qui fait que demain, il n’y aura plus aucun perdant aux APL, a-t-il ajouté. « Désormais, toutes les personnes qui sont aux APL ne seront en rien impactées par toute la réforme du logement social. »

« Pas intelligent »

La baisse à l’automne dernier des APL, de 5 euros mensuels pour 6,5 millions de ménages bénéficiaires, sans distinction, s’était attiré les foudres des ONG de défense des mal-logés, les bailleurs sociaux et certains syndicats.

Le Premier ministre Edouard Philippe avait qualifié de « pas intelligent » ce coup de rabot, qui représente une économie mensuelle de 32,5 millions d’euros pour l’Etat. Mais il l’avait justifié par la nécessité de réaliser les économies prévues dans le budget 2017 par la majorité précédente.

Les aides personnelles au logement se montent à 18 milliards d’euros par an. Elles se décomposent en trois catégories : aide personnalisée au logement (APL) dont bénéficient notamment 800.000 étudiants, allocation de logement familial (ALF) et allocation de logement social (ALS).