VIDEO. «Va te faire f...»: Des rescapés des attentats du 13-Novembre répondent à Donald Trump

TERRORISME Le président américain a défendu vendredi le droit de porter une arme en affirmant que les attentats de Paris auraient fait moins de morts si les victimes avaient été armées...

H. B.

— 

Emmanuel Domenach, rescapé du Bataclan et vice-president de l'association "13 novembre : Fraternité et Verité". AP Photo/Francois Mori.
Emmanuel Domenach, rescapé du Bataclan et vice-president de l'association "13 novembre : Fraternité et Verité". AP Photo/Francois Mori. — Francois Mori/AP/SIPA

Les rescapés des attentats du Bataclan sont en colère. Emmanuel Domenach, l’ancien vice-président président de «13onze15», l’une des associations réunissant les victimes des attentats du 13-Novembre, s’est indigné sur Twitter du discours tenu ce vendredi par Donald Trump.

« Cher Donald Trump, va te faire f… (tu peux utiliser une arme si tu veux) », a-t-il écrit en anglais ce samedi sur Twitter.

« Notre réaction, c’est le dégoût face à des clowneries inacceptables »

Lors d’un discours à la convention de la NRA, le puissant lobby pro-armes américain, le président américain a défendu le droit de porter une arme en affirmant que les attentats du 13-Novembre à Paris auraient fait moins de morts si les victimes avaient été armées. « Si un employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l’un de vous dans l’assistance avait été là avec une arme pointée dans la direction opposée, les terroristes auraient fui ou se seraient fait tirer dessus, et ça aurait été une toute autre histoire », a affirmé Donald Trump.

Aurelia Gilbert, rescapée du Bataclan, s’est quant à elle directement adressée à la déléguée interministérielle à l'aide aux victimes. « Plutôt que me donner une médaille, pourriez-vous demander à @francediplo d’exiger des excuses de @realDonaldTrump ? », a-t-elle demandé sur Twitter.

« Notre réaction, c’est le dégoût face à des clowneries inacceptables », a déclaré au HuffPost Philippe Duperron, l’actuel président de l’association « 13Onze15 », qui a demandé « une réaction officielle de la part de la diplomatie française ».