Toulouse: Brigitte Macron envoie un courrier à la mère du petit Habib, disparu depuis 4 ans

SOCIETE La maman du petit Habib avait envoyé un courrier à Brigitte Macron pour relancer l’enquête sur la disparition de son fils il y a plus de quatre ans. Dans sa réponse, la Première dame passe la main...

Béatrice Colin
Habib Nedder, 13 mois, a été enlevé par son père en janvier 2014.
Habib Nedder, 13 mois, a été enlevé par son père en janvier 2014. — J. Dana/ Facebook Habib
  • Le 19 janvier 2014, Habib, 13 mois, est enlevé par son père qui n’en avait pas la garde. L’homme sera retrouvé mort dans une rivière de l’Ariège trois mois plus tard.
  • Le 19 mars, à l’occasion d’une opération « contre l’oubli », plusieurs dizaines de personnes ont envoyé une carte postale à Brigitte Macron pour l’interpeller sur la disparition du petit Habib.
  • Le directeur de cabinet de la Première dame a répondu que la demande de la mère du petit Habib était transmise à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet.

Elle s’attendait à un courrier plus personnalisé, moins formel et standardisé. Pour relancer l’enquête sur la disparition de son fils Habib, Jennifer Dana organisait le 19 mars dernier une opération d’envoi de cartes postales à Brigitte Macron, 50 mois après avoir vu son enfant pour la dernière fois.

Cette Toulousaine a reçu il y a quelques jours une réponse officielle de la Première dame. C’est son directeur de cabinet qui signe la missive. S’il fait part de la compassion de Brigitte Macron, il explique aussi qu’elle n’est pas à même de pouvoir intervenir dans le dossier.



« Comme vous le savez, Madame Macron ne peut intervenir dans une affaire judiciaire. A cet égard, elle m’a confié le soin de signaler votre intervention à Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice. Vous serez tenu informée, par ses soins, de la suite qui pourra lui être réservée », indique la lettre.

« Je suis un peu déçue qu’elle n’ait même pas pris la peine de répondre elle-même. C’est une lettre type, elle ne peut pas avoir compris ma douleur avec une réponse comme ça », estime Jennifer Dana.

« Tout n’a pas été fait »

Depuis le 19 janvier 2014, cette Toulousaine ne cesse de démultiplier les actions pour que les recherches de son enfant soient menées. Alors âgé de 13 mois, Habib a été enlevé ce jour-là par son ex-compagnon, Mehdi.

Ce dernier avait déjà menacé de partir en Algérie avec leur fils. Trois mois plus tard, le corps du père a été repêché dans une rivière en Ariège, sur la commune de L’Hospitalet-près-l’Andorre. Mais aucune trace du petit Habib.

« On ne peut pas admettre que rien n’est fait pour retrouver un enfant. Il y a des questions qui ne peuvent pas rester en suspens. Depuis l’envoi des cartes et la médiatisation, j’ai obtenu un rendez-vous avec la juge d’instruction qui ne m’avait jamais reçue. Elle a été forcée de reconnaître que tout n’avait pas été fait », relate Jennifer Dana.

La magistrate s’est engagée auprès d’elle à mettre plus de moyens sur la disparition d’Habib. Sa mère, qui a fait des demandes d’actes dans le cadre de la procédure, espère désormais que ces promesses soient tenues et obtenir des réponses à ces multiples interrogations. Le 25 mai prochain, Journée internationale des enfants disparus, Jennifer Dana compte bien faire entendre à nouveaux sa voix.