Bretagne: Avec la Redadeg, la langue bretonne court pour sa sauvegarde

DEFI La course à pied s'élance ce vendredi de Quimper pour un périple de 1.800 kilomètres...

Jérôme Gicquel

— 

Lors de la précédente édition en 2016, la Redadeg avait fait escale au lycée Diwan de Carhaix.
Lors de la précédente édition en 2016, la Redadeg avait fait escale au lycée Diwan de Carhaix. — Redadeg
  • La Redadeg s’élance ce vendredi de Quimper pour un périple de neuf jours à travers la Bretagne.
  • La course vise à défendre la langue bretonne et à assurer sa promotion.
  • Les participants à la course pourront acheter des kilomètres pour financer des projets en langue bretonne.

Antoine de Caunes, François-Xavier Demaison, François Morel, Cali… Pour son clip de promotion, la Redadeg s’est offert un casting de choix. Un joli coup de pub pour cette course à pied en faveur de la langue bretonne qui fête cette année son 10e anniversaire.

L’événement a vu le jour en 2008, suivant l’exemple de la Korrika, une course pour la sauvegarde et la promotion du basque. Depuis, la Redadeg a pris de l’ampleur et a rassemblé 10 à 15.000 coureurs lors de sa dernière édition en 2016.

La Redadeg 2018 passera par les cinq départements de la Bretagne historique.
La Redadeg 2018 passera par les cinq départements de la Bretagne historique. - Redadeg

Cette année, la course s’élancera ce vendredi en fin de journée de Quimper pour s’achever neuf jours plus tard à Plouguerneau dans le Finistère. Un périple de 1.800 kilomètres à travers les cinq départements de la Bretagne historique avec des étapes prévues à Carhaix, Rennes, Nantes ou bien encore Vannes.

Des kilomètres à acheter pour finances des projets

Jour et nuit, des milliers de participants se relaieront et feront voyager un témoin symbolique dans toute la région. Plus qu’un défi sportif, la course vise avant tout à financer des projets en langue bretonne. Pour courir, les participants doivent ainsi acheter leur kilomètre de course à raison de 100 euros pour les particuliers et les associations et 200 euros pour les collectivités et les entreprises.

« Nous espérons récolter 134.000 euros cette année pour financer notamment un projet de radio en langue bretonne à Nantes ou une web-série pour les ados », indique Tifenn Siret, coordinatrice de la Redadeg, précisant que « 200 kilomètres n’ont pas encore trouvé preneur ». Comme pour le Tour du France, la Redadeg sera précédée d’une caravane pour animer les communes traversées et assurer la promotion de la langue bretonne, parlée par environ 180.000 locuteurs selon les chiffres de l’Office public de la langue bretonne.