Facebook ferme la page du mouvement d’extrême droite Génération identitaire

RESEAU SOCIAL « Nous n’avons pas eu de notification officielle, nous avons décidé d’engager une procédure de recours classique », a déclaré Romain Espino, le porte-parole du mouvement…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de Génération identitaire.
Illustration de Génération identitaire. — Gerard Julien afp.com

« Les organisations ou les personnes qui encouragent la haine ne sont pas autorisées sur Facebook ». Le réseau social a fermé la page du mouvement français d’extrême droite Génération identitaire, a confirmé ce jeudi un porte-parole de Facebook France.

Génération identitaire mène des campagnes pour lutter contre « l’immigration et l’islamisation » à coup d’actions visibles, telles que la campagne « Defend Europe » qui a affrété un navire anti-migrants en Méditerranée, et, depuis fin avril, déployé des patrouilles de militants à la frontière franco-italienne, pour « veiller à ce qu’aucun clandestin ne puisse rentrer en France ».

Facebook invoque la rubrique « contenu répréhensible » de ses règles d’utilisation

« Les pages Facebook et Instagram de Génération identitaire France viennent d’être suspendues sans justification. Il y a eu appel de la décision et des démarches judiciaires sont actuellement à l’étude », a tweeté le compte de la campagne « Defend Europe » mercredi après-midi.

Pour justifier sa décision, Facebook invoque la rubrique « contenu répréhensible » de ses règles pour les utilisateurs baptisées « standards de la communauté » : « Nous n’autorisons pas les discours incitant à la haine sur Facebook, parce que ces discours créent une atmosphère d’intimidation et d’exclusion, et peuvent aboutir à des violences dans le monde réel. »

« Nous avons engagé une procédure de recours »

« La seule information que nous ayons eue, c’est un message de Facebook sur l’écran indiquant que ces pages n’étaient plus publiées », a déclaré Romain Espino, porte-parole de Génération identitaire. « Nous n’avons pas eu de notification officielle et nous avons engagé une procédure de recours classique auprès d’eux, tout en informant aussi notre avocat. »

« Nous avons face à nous de grands défenseurs de la démocratie et de l’échange d’idées, mais qui en réalité veulent museler l’expression, faire en sorte que l’opposition ne puisse plus s’exprimer, y compris quand elle mène des actions légales », s’est indigné Romain Espino.

Facebook peut fermer des pages sans prévenir les auteurs du compte à la suite de signalements d’utilisateurs. La décision est prise après examen des contenus mis en cause, par des équipes qui ont l’obligation de réagir en moins de 24 heures en cas de discours de haine, selon le « code de conduite » signé avec la Commission européenne en 2016.