Le futur service national devrait concerner les jeunes à partir de 16 ans et serait obligatoire pendant un mois

CIVISME Le coût d’une telle mesure est évalué à entre 2,4 et 3,1 milliards d’euros...

H. B.

— 

Emmanuel Macron s'adressant aux militaires à Istres.
Emmanuel Macron s'adressant aux militaires à Istres. — ARNOLD JEROCKI / POOL / AFP

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Le service national universel obligatoire devrait concerner tous les jeunes d’une même classe d’âge à partir de 16 ans, soit 600.000 à 800.000 jeunes chaque année, révèle Le Journal du Dimanche.

C’est le scénario privilégié par le groupe de travail chargé de définir les contours du futur service national universel (SNU) qui a rendu jeudi son rapport à l’Elysée, précise l’hebdomadaire.

Une phase obligatoire d’un mois en internat

Le dispositif comportera une phase obligatoire d’un mois qui s’effectuera en internat. « La période obligatoire sera consacrée à des activités sportives, à l’enseignement des gestes de premiers secours et l’acquisition de réflexes en cas de situation de crise, ainsi qu’à la transmission des valeurs civiques et républicaines », préconise le rapport du groupe de travail présidé par le général Daniel Ménaouine.

Les arbitrages présidentiels devraient être connus au mois de mai, confie un proche d’Emmanuel Macron.

Le problème du financement

Un rapport commandé par Matignon en février et rendu public par Les Échos révélait « d’importantes réserves » sur la faisabilité du SNU, avec un coût estimé entre 2,4 et 3,1 milliards d’euros par an.

« Même pour un mois, il s’agirait d’une ­organisation très lourde, nécessitant des hébergements et des dizaines de milliers d’encadrants », souligne le député LR François Cornut-­Gentille, rapporteur spécial des crédits de la Défense. Le 18 février dernier, les membres de la commission des affaires étrangères et de la défense avaient également affirmé leur « volonté de protéger les moyens des forces armées ».