VIDEO. Chapecoense: Le manque de carburant est à l'origine du crash de l'avion des footballeurs brésiliens

ENQUETE Au cours de cette tragédie, 71 personnes, sur les 77 à bord, avaient péri...

20 Minutes avec AFP

— 

La carcasse en morceaux de l'avion qui transportait l'équipe de Chapecoense, le 29 novembre 2016.
La carcasse en morceaux de l'avion qui transportait l'équipe de Chapecoense, le 29 novembre 2016. — Luis Benavides/AP/SIPA

Les enquêteurs ont rendu leurs conclusions. C’est le manque de carburant qui est à l’origine de l’accident aérien en Colombie, qui a décimé l'équipe brésilienne de football de Chapecoense en novembre 2016.

L’accident « s’est produit à cause du manque de carburant dans l’avion dû à une gestion inappropriée du risque par la compagnie [aérienne] LaMia », a déclaré vendredi le colonel Miguel Camacho, le responsable de l’enquête.

Dans la nuit du 28 novembre 2016, l’appareil qui transportait l’équipe s’était écrasé sur une colline près de Medellin, où la « Chape » devait écrire une des plus belles pages de son histoire en disputant la finale aller de la Copa Sudamericana, l’équivalent en Amérique du Sud de la Ligue Europa.

« L’avion se trouvait déjà dans une situation d’urgence »

Au cours de cette tragédie, 71 personnes, sur les 77 à bord, avaient péri. Quarante minutes avant l’impact, le témoin indiquant un faible niveau de carburant s’est allumé « dans la cabine […], à partir de ce moment, l’avion se trouvait déjà dans une situation d’urgence », selon le colonel Camacho.

Malgré cela, « l’équipage n’a pas fait part de cette urgence aux contrôleurs aériens » en vue d’obtenir « une priorité » pour atterrir, selon le responsable de l’enquête de l’autorité aéronautique colombienne. Parti du Brésil, l’appareil avait fait une escale technique en Bolivie avant de mettre le cap sur la Colombie.

Selon un représentant de la compagnie aérienne bolivienne LaMia, l’avion n’avait pas respecté le plan de vol qui prévoyait un réapprovisionnement en combustible à Cobija, une ville bolivienne à la frontière avec le Brésil, ou à Bogota.

>> A lire aussi : Le gardien amputé lors du crash reprend gout à la vie

>> A lire aussi : «J'ai deux dates de naissance», un survivant du crash sort un livre pour tout raconter

>> A lire aussi : «J'étais bloqué entre deux arbres»... Le terrible récit d'un des rescapés du crash