Seule la partie ouest de l'île de Cézembre est accessible au public avec un sentier découverte long de 800 mètres.
Seule la partie ouest de l'île de Cézembre est accessible au public avec un sentier découverte long de 800 mètres. — MIGUEL MEDINA / AFP

TOURISME

VIDEO. Bretagne: Bombardée au napalm pendant la Seconde Guerre, Cézembre dévoile enfin son charme explosif

Un sentier découverte a été aménagé sur une partie de l’île, située en face de Saint-Malo…  

  • L’île de Cézembre a été noyée sous les bombes américaines lors de l’offensive des Alliés en 1944.
  • Plusieurs opérations de déminage y ont été menées pour sécuriser les lieux.
  • Un sentier découverte de 800 m de long vient d’être inauguré afin de permettre aux visiteurs de découvrir une partie de l’île et de sa richesse.

On l’appelle l’île aux 20.000 bombes ou aux 2.000 cratères, c’est selon. Située au large de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), Cézembre a tout d’un endroit explosif. D’abord par sa beauté sauvage mais surtout de par son passé. Occupée et fortifiée par les Allemands en mai 1942, l’île bretonne a été littéralement noyée sous les bombes américaines lors de l’offensive alliée en août 1944. Entre le 6 et le 31 août, ce ne sont pas moins de 20.000 bombes qui ont été larguées sur Cézembre par l’aviation américaine, dont 176 bombes au napalm expérimentées pour la première fois par les Américains.

L’île sera finalement libérée le 2 septembre 1944, soit deux semaines après Saint-Malo, après avoir connu l’apocalypse. « Cézembre a été l’un des endroits les plus bombardés au mètre carré en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale », expliquait l’an dernier le colonel Trevor Hill, commandant de la base de défense de Rennes.

Plusieurs opérations de déminage ont été menées

Véritable champ de bombes et d’obus, l’île est passée après la guerre sous le giron du ministère de la Défense. Un premier nettoyage a eu lieu au début des années 1950, permettant de rouvrir au public la plage située au sud de l’île. Une opération de dépollution pyrotechnique a ensuite été réalisée en 2008, aboutissant à la découverte de 300 obus et des centaines de cartouches et de grenades.

L'intervention des démineurs de Brest va se poursuivre jusqu'à la fin mars sur l'île de Cézembre.
L'intervention des démineurs de Brest va se poursuivre jusqu'à la fin mars sur l'île de Cézembre. - Marine Nationale

En 2017, décision a été prise de déminer encore une fois l’île et de la céder au conservatoire du littoral afin que le public puisse découvrir « ce joyau de la côte d’Emeraude ». C’est désormais chose faite depuis quelques jours avec l’ouverture d’un sentier de découverte de 800 mètres sillonnant la partie ouest de l’île.

Seul habitant de l’île, Franck Meslier, gérant du Repaire des Corsaires, l’unique restaurant de l’île, est ravi de pouvoir partager la beauté de son bout de caillou avec les touristes. « Ils sont tous émerveillés par les vestiges militaires et par la richesse de la faune et de la flore », indique le gardien des lieux.

La grande majorité de l’île interdite au public

Tout le site n’a cependant pas été déminé et seul 20 % de l’île est accessible. Protégée par des grillages, l’autre partie de l’île restera strictement interdite aux visiteurs. Pas question en effet de s’aventurer dans une zone où il reste encore de nombreuses bombes. Il s’agit également de protéger la biodiversité de l’île, devenue un sanctuaire pour les oiseaux, avec une importante colonie de pingouins torda, de guillemots de Troïl ou de tadornes de Belon. « Pour l’instant, cela se passe bien. J’espère que tout le monde va respecter les consignes même si je sais très bien que certains tenteront toujours de s’aventurer en dehors des limites », souligne Franck.

Pour ceux qui souhaitent découvrir Cézembre pendant les vacances de printemps, sachez que des navettes partent régulièrement de Dinard ou de Saint-Malo pour rejoindre l’île. Plusieurs entreprises de bateau-taxi assurent également la liaison depuis les communes littorales de la côte d’Emeraude.

>> A lire aussi : Groix, Belle-Ile, Ouessant, Molène… La Bretagne veut se rapprocher de ses îles