Alpes: Des militants d'extrême-droite tentent de «bloquer» un col où passent des migrants

POLEMIQUE En réalité, ils ont installé une «frontière symbolique» avec du grillage en plastique...

J.S.-M.

— 

Un migrant Ivoirien devant un panneau de signalisation, dans le Col de l'Echelle (archives).
Un migrant Ivoirien devant un panneau de signalisation, dans le Col de l'Echelle (archives). — Piero CRUCIATTI / AFP
  • Des militants du groupuscule Génération identitaire ont mené une action anti-migrant ce samedi, près de la frontière entre la France et l'Italie, dans les Alpes.
  • La préfecture dit «suivre avec vigilance» cette action.

Sur Twitter, ils clament que la frontière est désormais « fermée ». #BorderClosed a ainsi posté cette militante du mouvement d’extrême droite Génération identitaire.

Environ cent militants, selon un comptage de l’AFP, sont montés ce samedi matin au col de l’Echelle, dans les Hautes-Alpes. Ce col est régulièrement emprunté par des migrants pour franchir la frontière entre l’Italie et la France.

Pas de force de l'ordre sur place

En réalité, en fait de « frontière fermée », les militants de Génération identitaire ont installé, selon l’AFP, un grillage en plastique de chantier. Il s’agit d’une « frontière symbolique », déclare à l’agence de presse Romain Espino, un porte-parole de Génération identitaire, qui dit « veiller à ce qu’aucun clandestin ne puisse rentrer en France. » Si tel était le cas, «nous appellerions la gendarmerie», reconnaît le porte-parole. 

Deux hélicoptères affrétés par Génération identitaire survolaient le site samedi en milieu de journée. L'opération aurait coûté plus de 30.000 euros, financés sur fonds propres et grâce à une collecte, indiquent les militants d'extrême droite. 

Coups d'éclats médiatiques

Selon la préfecture des Hautes-Alpes, l'opération se déroule « dans le calme». «La préfecture et les forces de l'ordre continuent de suivre avec attention et vigilance la poursuite de cette opération, afin de prévenir tout trouble à l'ordre public et de garantir le respect du droit», affirme la préfecture dans un communiqué. Aucun policier ni gendarme n'était toutefois visible sur place, selon l'AFP. 

Génération identitaire est habitué aux coups d’éclats médiatiques : en juillet 2017, le groupuscule avait affrété un navire, le C-Star, pour dissuader les ONG de secourir des migrants en Méditerranée. L’opération avait avorté après une dizaine de journées - et pas mal de galères​ - en mer.