Ardèche: Le train touristique pourrait reprendre du service en 2020

LOISIRS A partir de 2020, un train touristique de 5,5 kilomètres reliant Saint-Jean-le-Centenier à la gare de Montfleury, dans le sud de l’Ardèche, devrait faire son apparition pour permettre aux visiteurs de s’en mettre plein la vue…

Célia Demolis

— 

Illustration du broyeur qui sera employé au nettoyage complet de la voie entre Saint Jean le Centenier et Montfleury.  Facebook Vélo Rail du Sud Ardèche.
Illustration du broyeur qui sera employé au nettoyage complet de la voie entre Saint Jean le Centenier et Montfleury. Facebook Vélo Rail du Sud Ardèche. — 20 Minutes
  • Les propriétaires du vélorail du Sud Ardèche se lancent dans un nouveau projet : relancer le train touristique.
  • Ils envisagent de créer un parcours de 5,5 kilomètres entre Saint-Jean-le-Centenier et Montfleury à l’horizon 2020.
  • Les visiteurs pourront faire plusieurs haltes pour découvrir certaines structures locales.

Le débroussaillage des voies va bientôt débuter. Après le succès en 2016 du vélorail du Sud Ardèche, Tanguy Chamard et son associé Pierre Meut se lancent dans un nouveau projet pour l’année 2020 : ressusciter le train touristique de l’Ardèche sur un parcours de 5,5 kilomètres entre Saint-Jean-le-Centenier et Montfleury pour profiter du cadre « exceptionnel et des vues superbes » sur les monts d’Ardèche au-dessus d’ Aubenas.

Les négociations auront donné du fil à retordre aux propriétaires du vélo rail du Sud Ardèche pour réaliser leur projet. Mais grâce au soutien de la SEBA (syndicat des eaux du bassin de l’Ardèche), propriétaire de la ligne de chemin de fer, les deux hommes vont pouvoir redonner vie au train touristique du département, arrêté depuis 2012. Ils se laissent désormais deux ans pour nettoyer entièrement l’exploitation avant d’accueillir les premiers visiteurs.

Un train touristique plus seulement disponible en Haute-Loire

« Cela fait longtemps que l’idée de réouvrir un train touristique en Ardèche méridionale nous trotte dans la tête », déclare Tanguy Chamard, principal porteur du projet. « Nous voulions que le département du Sud Ardèche ait aussi son propre train pour faire voyager les clients, le temps de quelques minutes, à travers les différents viaducs, les sommets et les plaines qui remplissent le paysage », évoque le jeune homme de 23 ans, précisant que la voie ferrée débutera là où se termine le vélorail actuel.

Entièrement indépendante au niveau du financement, l’entreprise ardéchoise a néanmoins dû obtenir l’accord des élus locaux et du STRMTG (Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés) pour assurer la sécurité du domaine d’exploitation. « Une autorisation préfectorale nous a été accordée. Avec Pierre, nous devons encore monter certains dossiers. L’administration demande des garanties très précises sur le matériel et la formation des conducteurs. C’est très compliqué, d’un point de vue juridique de faire rouler un train », souligne-t-il.

15.000 visiteurs attendus la première année

Pour nettoyer la voie où passera le futur train, Tanguy Chamard prévoit déjà un matériel bien spécifique : draisine, locotracteur mais aussi un broyeur rail-route Mercedes MC130. « Cette machine de 16 tonnes équipée d’une flèche de 12 mètres peut débroussailler un kilomètre de voie en seulement deux heures ! Elle peut également broyer des arbres allant jusqu’à 15 centimètres de diamètre », précise le jeune homme.

Avec ce nouveau projet, les deux entrepreneurs espèrent attirer dès la première année 15.000 visiteurs. « Tout comme le vélorail, le train touristique du Sud Ardèche sera ouvert dès le week-end de Pâques jusqu’au mois de novembre, pour profiter au maximum des beaux jours. Pendant la saison estivale, deux millions de touristes viennent passer leurs vacances en Ardèche, nous les attendons donc nombreux », précisent-ils.

Le train touristique permettra aussi aux deux associés de créer de nouveaux partenariats en faisant, lors de chaque voyage, plusieurs haltes pour faire découvrir aux visiteurs le patrimoine local. « Le train passera à proximité de plusieurs lieux stratégiques. Les voyageurs pourront par exemple s’arrêter au musée Olivier de Serres ou encore à l’intérieur du domaine des vignerons ardéchois. », conclut Tanguy Chamard.