Prisons: Pourquoi la population carcérale continue-t-elle d'augmenter?

JUSTICE La population carcérale français a atteint un nouveau record historique, alors qu'elle est en hausse constante depuis 2002...

L.C.

— 

La prison de Fresnes.
La prison de Fresnes. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
  • La population carcérale en France a atteint un nouveau record avec 70.367 personnes incarcérées au 1er avril 2018, pour 59.459 places.
  • Cette hausse est imputable à une augmentation des placements en détention provisoire et une baisse des aménagements de peines.
  • Pour l'Observatoire international des prisons, la réforme de la justice à venir risque d'aggraver la surpopulation carcérale.

La population carcérale a atteint un nouveau record au 1er avril, avec 70.367 personnes incarcérées, a annoncé jeudi la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). Depuis 2002, le nombre de prisonniers n’a cessé d’augmenter dans l’Hexagone. En janvier dernier, les surveillants de prison se sont mobilisés pour dénoncer la surpopulation qui s’accentue. Comment expliquer une telle hausse du nombre d’incarcérés ?

Plusieurs facteurs jouent. La DAP en évoque quelques-uns dans son communiqué : le nombre de prévenus (des personnes en attente de leur jugement) emprisonnés est en hausse et a atteint son record depuis 2005, tandis que le nombre d’aménagements de peine en détention (semi-liberté, placements extérieurs) diminue.

Plus d’incarcérations

L’Observatoire international des prisons (OIP) constate une tendance à plus d’incarcérations en France : « on incarcère de plus en plus, pas parce qu’il y a plus de délinquance - les chiffres de la délinquance sont assez stables - mais parce que les politiques pénales sont plus répressives depuis le début des années 2000, explique Cécile Marcel, directrice de l’OIP. On a pénalisé des comportements qui ne l’étaient pas auparavant, comme l’occupation de halls d’immeuble ou la dénonciation des contrôleurs dans les transports en commun ».

Le nombre de prévenus incarcérés est à son plus haut niveau depuis douze ans, reflétant un recours plus fréquent au placement en détention provisoire. « Le contexte terroriste a pu jouer : les magistrats ouvrent le parapluie, ne prennent plus de risques », note Cécile Marcel.

Quant à la baisse des aménagements de peine signalée par l’Etat, elle découle selon l’OIP de la baisse des crédits alloués à ces dispositifs « pourtant essentiels pour la réinsertion » des prisonniers. Faute de moyens, « les juges sont plus réticents à opter pour des aménagements de peine », estime Cécile Marcel.

Une surpopulation carcérale chronique

Si le nombre de places en prison est passé d’environ 50.000 au début des années à 59.459 au 1er avril 2018, elles restent largement insuffisantes par rapport au nombre total de détenus. La DAP évalue la densité carcérale moyenne à 118 %, et 143 % en maison d’arrêt. « Dans certains quartiers pour femmes le taux d’occupation peut grimper à 200 % », précise l’OIP.

« Les témoignages de détenus et de surveillants que nous recevons indiquent que la situation est insupportable et explosive. La surpopulation carcérale crée des tensions au quotidien et des problèmes de prise en charge, par exemple pour l’accès aux soins, au travail en prison, au conseiller pénitentiaire d’insertion et probation », détaille Cécile Marcel.

Une réforme de la justice en cours

Ce record a été annoncé la veille de la présentation en Conseil des ministres du projet de réforme de la justice, ce vendredi, qui comprend une modification du système des peines annoncée par Emmanuel Macron en mars. Ce projet supprime les détentions courtes mais garantit l’application de celles de plus d’un an, qui ne pourront plus être aménagées.

« Ces mesures vont aggraver la situation dans les prisons françaises », prévient OIP. « La remise en question de l’aménagement des peines de deux ans pourrait créer un flux de 8.000 détenus supplémentaires », estime Cécile Marcel. Une crainte partagée par Adèle Hazan, contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, interviewée en mars par 20 Minutes. En parallèle, le gouvernement prévoit de créer 7.000 places de prison supplémentaires d’ici à 2022, contre 15.000 dans son programme de campagne.

 

>> A lire aussi : «Automaticité», recrutement... On fait le point sur le «plan prison» de Macron

>> A lire aussi : «Les prisons ne servent plus qu’à mettre les personnes à l’écart»

>> A lire aussi : Le nombre de détenus continue d’augmenter en Europe, les prisons sont «presque pleines»