Marseille: L'imam salafiste El Hadi Doudi expulsé vers l'Algérie

EXPULSION L’imam El Hadi Doudi s’était vu reprocher ses prêches radicaux…

M.C. avec AFP

— 

L'imam salafiste El Hadi Doudi de la mosquée As-Sounna à Marseille
L'imam salafiste El Hadi Doudi de la mosquée As-Sounna à Marseille — Anne-Christine Poujoulat / AFP

Un imam salafiste de Marseille connu pour ses prêches radicaux a été expulsé vers l’Algérie vendredi matin. L’imam El Hadi Doudi s’était vu notifier mardi un arrêté d’expulsion, pris par le ministère de l’Intérieur en raison de la teneur de ses prêches. Mais l’application de cette expulsion avait été suspendue par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), qui a finalement dans un second temps donné son feu vert jeudi.

Cette décision a été « prise sur la base des informations fournies par les parties », avait-on précisé à la CEDH, alors que Me Nabil Boudi, l’avocat de l’imam El Hadi Doudi, invoquait le risque qu’il subisse des tortures ou « traitements inhumains ou dégradants » s’il était renvoyé par les autorités françaises vers l’Algérie.

El Hadi Doudi, 63 ans, imam de la mosquée As-Sounna, située dans le 3e arrondissement de Marseille, s’est vu reprocher des prêches très radicaux, et notamment des « actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne déterminée ou un groupe de personnes », en l’occurrence les femmes, les Juifs, les chiites, les personnes commettant l’adultère, selon les termes de la demande d’expulsion du ministère de l’Intérieur.

>> A lire aussi : Marseille: Menace d’expulsion de l'imam El Hadi Doudi, une décision politique plus que sécuritaire?

>> A lire aussi : Menacé d'expulsion, l'imam salafiste prévient «en fermant ma mosquée, on laisse la place aux recruteurs djihadistes»