Marseille: Un «colloque» sur Charles Maurras dans un couvent crée la polémique

SOCIETE L’Action Française coorganise ce samedi chez les dominicains un colloque sur Charles Maurras. Un collectif demande l’intervention de Monseigneur Pontier…

Mathilde Ceilles

— 

Charles Maurras
Charles Maurras — AFP
  • L'Action française coorganise ce samedi dans un lieu appartenant aux dominicains un colloque sur Charles Maurras
  • Un collectif interpelle Monseigneur Pontier
  • Ce dernier explique n'avoir aucun pouvoir en la matière 

L’événement est sur l’agenda du site internet du centre, entre un atelier d’écriture « Mémoire de soi et reconstruction de l’être » et une excursion aux musées des Beaux-Arts de Marseille. Ce samedi, le centre Cormier des Dominicains, à Marseille accueille un « colloque » sur Charles Maurras à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance à Martigues, dans les Bouches-du-Rhône.

Intitulé « Charles Maurras, l’homme de la politique », ce colloque est notamment à l’initiative de l’Action française Provence et de la Fédération royaliste provençale. Il est prévu de se tenir dans ce couvent tenu par les Dominicains, un ordre de l’Eglise catholique dont les membres vivent en communauté.

Indignation

De quoi susciter l’indignation de militants locaux à l’image du collectif unitaire antifasciste de Marseille, qui s’est déjà impliqué il y a quelques semaines contre l’installation d’une antenne du Bastion social dans le centre-ville de la cité phocéenne. Ces derniers ont en effet adressé une lettre à Monseigneur Pontier, archevêque de Marseille.

« Consacré à l’auteur du concept "d’antisémitisme d’Etat" et inspirateurs de L’antisémitisme politique, dont les "ouvrages fondamentaux" furent légitimement condamnés "comme contraires à la Foi" en 1926, nous ne pouvons concevoir que ce projet de 7 conférences vous laisse totalement indifférent », écrivent ainsi les antifascistes à celui qui est aussi président de la conférence des évêques de France.

Le MJS en colère

« Il nous est difficile d’envisager la tenue de ce colloque dans une salle polyvalente du couvent des Dominicains » récemment rénovée notamment grâce à « des financements publics de la part de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, du département des Bouches-du-Rhône ainsi que la ville de Marseille », ajoutent-ils.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, les jeunes socialistes des Bouches-du-Rhône ont également exprimé « leur révulsion et leur colère », et demandent à l’Etat d’interdire la tenue d’un tel événement, qui s’inscrit dans un week-end d' « hommage » à Charles Maurras organisé par ces groupes d’extrême-droite.

« Menace de trouble à l’ordre public »

« Il y a une menace de trouble à l’ordre public, estime ainsi Anthea Miglietta, animatrice fédérale du MJS 13. Charles Maurras est connu pour ses idées, c’est un homme antisémite. Et là, on ne va pas parler de l’homme de lettres, de ses poèmes…. On va parler de l’individu. Ce colloque est en plus organisé par l’Action Française, qui est un groupe violent, véhiculant des idéologies racistes et xénophobes. »

Et d’ajouter : « l’Eglise soit prendre ses responsabilités. Elle a le devoir de réagir. » Dans son communiqué, le MJS souligne le fait que cet événement, selon les jeunes socialistes, « revêt un goût amer, et fait ressurgir le souvenir d’un clergé qui soutenait la persécution antisémite en France durant la Seconde guerre mondiale. »

« Un ordre autonome »

« Les dominicains sont un ordre autonome, et ce sont eux qui accueillent ce colloque, pas l’Eglise, fait savoir Monseigneur Pontier par la voix de son attachée de presse. Les Dominicains sont une congrégation à part, un ordre autonome. Nous n’avons pas de pouvoir sur sa programmation, et nous l’avons appris récemment… »

Ce colloque a été organisé « après avoir assisté à une des réunions organisée par les Dominicains » qui loue cette salle à ces groupes, selon Gérard Paul, responsable d’un des mouvements organisateurs de ce colloque joint par 20 Minutes. La polémique éclate alors que, fin janvier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen avait décidé d’effacer Maurras du livre des commémorations nationales après des protestations d’associations antiracistes. Contacté, le centre Cormier des Dominicains n’a pas donné suite à nos sollicitations.

>> A lire aussi : Ultra-droite: Comment Logan Alexandre Nisin s’est autoradicalisé devant son écran d’ordinateur