Toulouse: Tensions à la prison de Seysses, 220 détenus refusent de réintégrer leur cellule

FAITS DIVERS Pour la deuxième journée consécutive, des détenus de la maison d'arrêt de Seysses ont protesté contre la mort d’un prisonnier, qui serait aussi à l’origine de heurts dans des quartiers toulousains…

N.S.

— 

Un gardien de prison dans la maison d'arrêt de Seysses.
Un gardien de prison dans la maison d'arrêt de Seysses. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Le mouvement grossit à la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse. Mardi vers 15 h 30, 220 détenus, selon une source syndicale, ont refusé de réintégrer leur cellule à l’issue de leur promenade. Ils étaient 80 lundi. Ce mouvement de protestation intervient après la mort par pendaison d’un autre prisonnier, samedi. Ce décès serait aussi à l’origine des deux nuits de heurts dans plusieurs quartiers toulousains.

Si le parquet de Toulouse et la sûreté départementale ont confirmé la thèse du suicide, la rumeur selon laquelle le détenu aurait été battu par des gardiens circule chez de nombreux habitants et dans la maison d’arrêt. Des personnels des équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) sont intervenus pour ramener l’ordre dans l’établissement, qui accueille plus de 900 détenus.

Peu après 18 h 30, 80 personnes présentes dans l’une des deux cours extérieures avaient réintégré leur cellule, alors les 140 prisonniers présents dans l’autre cour étaient en train de le faire.