Lyon: La colère monte après l'annonce de la région de construire un nouveau lycée à Meyzieu

ENSEIGNEMENT L'annonce de la région Auvergne-Rhône-Alpes de construire un nouveau lycée à Meyzieu, pour désengorger l'est lyonnais, ne fait pas l'unanimité...

Caroline Girardon

— 

Un lycée. (Illustration)
Un lycée. (Illustration) — KONRAD K./SIPA
  • L’annonce de la région Auvergne-Rhône-Alpes de construire un nouveau lycée à Meyzieu, pour désengorger l’est lyonnais, ne fait pas l’unanimité.
  • Si les parents s’accordent à dire qu’il y a urgence de réaliser un nouvel établissement, ils contestent le choix de l’implantation.
  • Le projet de la région rallongerait les temps de trajets pour aller en cours. Et le secteur reste insuffisamment desservi par les transports en commun.

Ils ont lancé une pétition, qui compte à ce jour 1.800 signatures, pour que la région revienne sur sa décision. L’annonce de Laurent Wauquiez de construire un nouveau lycée à Meyzieu dans l’est lyonnais à l’horizon 2022, ne fait pas que des heureux.

« C’est une question de bon sens et dans ce projet, il n’y en a pas », affirme Sylvie Desseigne à l’origine de la pétition. Cette mère de famille est néanmoins convaincue de l’urgence de construire un nouveau lycée dans un secteur déjà saturé.

Des lycées asphyxiés

Actuellement, les élèves des communes concernées se répartissent sur deux établissements : Charlie Chaplin à Décines et Jean-Paul Sartre à Bron. « Chacun compte déjà 1.600 lycéens. Il y aura même bientôt 18 classes de seconde à Jean-Paul Sartre. Les infrastructures ne sont plus adaptées », constate-t-elle. « Mais le choix de la commune proposée n’est pas le bon ». L’idéal, pour elle, serait la ville de Genas qui « a proposé un terrain pour la construction du futur lycée ». « Cela permettrait de réduire les temps de transports des lycéens ».

« Les villes sont particulièrement mal desservies par les transports en commun. Ceux qui habitent Colombier Saugnieu déjà mettent une heure en moyenne, en heures de pointe, pour aller en cours à Bron ou Décines. Meyzieu les éloignerait encore davantage, appuie Nathalie Guerche, membre du Collectif Horizon lycée. Le problème c’est le choix d’implantation. On ne comprend pas pourquoi la région veut construire un lycée aussi proche de Décines. Cela n’arrangerait que les élèves de Meyzieu en fin de compte, qui ont déjà un lycée à seulement 15 minutes en tramway de chez eux ».

Absence de concertation

Déplorant un « flou total » sur les raisons de cette décision et une « absence de concertation », le collectif réclame aujourd’hui des explications. « La Région a sûrement de très bonnes raisons mais on aimerait connaître ses arguments », plaide Sylvie Desseigne. Le courrier adressé à Laurent Wauquiez est pour l’instant resté sans réponse.

« On comprend très bien les interrogations que ça peut générer mais cette décision est fondée sur des études objectives », répond le conseil régional. A savoir « une croissance démographique extrêmement dynamique ». « Entre 2007 et 2014, la population de Meyzieu a augmenté de 3.200 habitants. C’est une commune qui recense 1.500 lycéens contre 620 à Genas », plaide-t-on.

Une ligne de transport en renfort

Deux autres arguments auraient renforcé la conviction de la région, dont la promesse du président de la communauté de l’est Lyonnais de réaliser dans quatre ans une ligne de transports directe permettant de relier les villes les plus éloignées au tramway.

« Enfin, il existe à Meyzieu une proximité des équipements culturels et sportifs très dense. Comme le centre de formation de l’OL et un centre nautique. Pour toutes ces raisons, le choix de Meyzieu semblait le plus approprié », tranche la région, précisant que la construction d’un autre lycée après 2022 n’est pas exclue.