Béziers déclare la guerre aux marchands de sommeil

INSALUBRITE Dans certains quartiers, l’agglomération de Béziers oblige les propriétaires à louer des logements décents, après approbations de ses techniciens…

Jerome Diesnis

— 

Illustration d'une chambre louée à un marchand de sommeil.
Illustration d'une chambre louée à un marchand de sommeil. — Joël Saget AFP
  • Une dizaine de communes de l’agglomération de Béziers ont décidé d’imposer aux propriétaires une demande d’autorisation préalable pour la mise en location de logements situés dans plusieurs quartiers préalablement identifiés.
  • 450 logements indécents ont été recensés dans l’agglomération biterroise.
  • A partir de juillet, chaque propriétaire voulant louer un bien devra obtenir le feu vert des techniciens de la maison de l’habitat durable.

Une humidité constante, des plafonds menaçant de s’effondrer, des équipements électriques dangereux et plus aux normes… L’inventaire des défauts dans les appartements et maisons insalubres est sans fin. Pour lutter contre les marchands de sommeil, une dizaine de communes de l’agglomération de Béziers ont décidé d’imposer aux propriétaires une demande d’autorisation préalable pour la mise en location de logements situés dans plusieurs quartiers préalablement identifiés.

« Ce permis de louer doit permettre à tout le monde de vivre dans des logements décents. On ne peut pas laisser des gens précaires et faibles vivre dans des conditions inacceptables », évoque Frédéric Lacas (DVD), président de l’intercommunalité. Dix des dix-sept communes de l’agglomération ont décidé de participer à ce programme à l’issue de délibérations dans leurs conseils municipaux respectifs. Il s’agit de la ville de Béziers et neuf communes environnantes : Bassan, Boujan, Corneilhan, Lieuran-lès-Béziers, Sauvan, Sérignan, Servian, Valras-Plage et Villeneuve-lès-Béziers.

450 logements concernés dans l’agglomération

« Sur l’agglomération, 300 logements indécents du parc privatif ont été répertoriés et 150 dans les communes avoisinantes », reprend Frédéric Lacas. A Béziers, trois quartiers concentrent les difficultés : le centre-ville, la Devèze et le quartier du Faubourg.

A partir du mois de juillet, chaque propriétaire souhaitant mettre en location un bien, devra au préalable obtenir le feu vert des techniciens de la maison de l’habitat durable. « Si le diagnostic des techniciens du service hygiène et sécurité est négatif pour un logement, les propriétaires devront le remettre en état avant de procéder à sa remise en location. Elle pourra s’appuyer sur l’expertise de la maison de l’habitat durable qui œuvre déjà à Béziers avec un vaste programme de rénovation des façades, d’isolation et de réfection des toitures par des conseils ou des aides financières soumises à la hauteur des ressources du bailleur ».

L’agglomération s’appuie sur l’arrêté du 8 décembre 2016 relatif aux modalités de constitution du dossier de demande d’autorisation de travaux conduisant à la création de locaux à usage d’habitation, paru au Journal officiel du 16 décembre 2016. Trois professionnels vont être recrutés pour mener ces diagnostics.