Les 250 passagers d'un vol retardé entre New-York et Paris assignent leur compagnie aérienne en justice

AERONAUTIQUE En janvier, les passagers ont attendu plusieurs jours dans l’aéroport alors qu’une vague de froid clouait les avions au sol…

L.Br.

— 

Un avion en plein vol (image d'illustration).
Un avion en plein vol (image d'illustration). — M.ASTAR/SIPA

Les quelque 250 passagers d’un vol New-York Paris réclament 2,5 millions d’euros de réparation à deux compagnies aériennes, les accusant de les avoir « abandonnés » lors d’une tempête qui cloué les avions au sol.

Trois mois après leur mésaventure, l’affaire doit être réglée devant le tribunal de Bobigny. Par le biais de leur avocate Me Lorraine Papart, 250 passagers d’un vol New York-Paris portent plainte ce lundi contre les compagnies XL Airways et Norwegian et leur réclament 2,5 millions d’euros, révèle Le Parisien. Ils les accusent de « manquements au droit à l’information, à l’assistance, des préjudices moraux et corporels et enfin une pratique commerciale déloyale ».

A l’origine de cette procédure collective, un problème sur leur vol, en janvier dernier. Alors qu’une vague de froid touche de plein fouet les Etats-Unis, ces 250 passagers sont bloqués à l’aéroport pendant « plusieurs jours, à dormir par terre », révèle le quotidien. Parmi eux, des personnes âgées, des femmes enceintes et des bébés.

« Une situation exceptionnelle » et un personnel « épuisé »

Les plaignants, 205 clients de XL Airways et 45 de Norwegian, estiment avoir été abandonnés sans aucune assistance par les compagnies. « Les obligations d’information et d’assistance aux passagers, prévues par la directive européenne de 2004, n’ont pas été respectées », déclare Me Papart au Parisien.

« Le personnel s’est désintéressé des passagers, et lorsque la panique a gagné, ils n’ont trouvé rien d’autre à faire que d’appeler la police. Ça a failli tourner au drame », affirme Me Papart.

Selon elle, XL Airways a même continué à vendre des billets d’avion sur d’autres vols. De nombreux passagers ont essayé d’obtenir gain de cause, mais n’ont obtenu qu’une « poignée d’euros ». De nombreuses demandes sont même restées sans réponse, fustige l’avocate.

Les plaignants réclament aux compagnies concernées 15.000 euros pour chacune des personnes âgées atteintes de maladie grave et pour les femmes enceintes qui ont subi une grossesse pathologique à leur retour à Paris et 10.000 euros pour les autres », déclare Me Lorraine Papart. Les compagnies ont réagi en avançant « une situation exceptionnelle » et un personnel « épuisé ».

>> A lire aussi : «Windmageddon» aux Etats-Unis. «Presque tout le monde a vomi dans l'avion»