Lyon: La police en alerte après avoir été visée par des tirs au niveau du bâtiment le «Gouverneur»

FAITS DIVERS Le bâtiment de police situé dans le 3e arrondissement de Lyon a subi des tirs jeudi et vendredi. Aucune piste n’est pour le moment privilégiée…

J.L.

— 

Photo d'illustration d'un véhicule de police.
Photo d'illustration d'un véhicule de police. — E. Frisullo / 20 Minutes

Les fonctionnaires travaillant dans l’immeuble le « Gouverneur » à Lyon ont reçu pour consigne vendredi, de la part de l’état-major policier, de baisser les stores jusqu’à nouvel ordre. Car comme le révèle Le Parisien, ce bâtiment a été visé par plusieurs tirs d’armes à feu, en pleine journée, jeudi et vendredi.

Plusieurs impacts de balles (vraisemblablement de calibre 22 long rifle) ont été confirmés par l’identité judiciaire au niveau de ce bâtiment moderne du 3e arrondissement, situé au carrefour des rues André Philip et de la Part Dieu. Plusieurs services de police y sont hébergés, dont le secrétariat général pour l’administration du Ministère de l’Intérieur sud-est (SGAMI), en charge de la logistique, et la direction zonale de la Police aux frontières (PAF).

Un nouveau tir visait la salle de repos de la PAF vendredi

« C’est d’abord un bureau du quatrième étage qui a été touché jeudi, détaille une source au Parisien. Sans que la balle ne pénètre à l’intérieur. » Au même moment, un véhicule de police stationné dans le quartier a également été frappé. Des agents de la police technique et scientifique ont été dépêchés sur place pour des constatations balistiques. Un nouveau tir a ensuite visé vendredi, toujours en pleine journée, la salle de repos des agents de la PAF, située au deuxième étage.

« Quand j’ai quitté l’immeuble, il y avait une patrouille postée devant, indique un fonctionnaire de police au Parisien. Ça fait peur. Je n’ai pas entendu les tirs mais désormais, ça va être compliqué de travailler sereinement. Aujourd’hui nous avons vécu dans l’obscurité avec les stores baissés. » Aucune piste n’est pour le moment privilégiée, d’autant qu’aucune menace récente n’avait été relevée contre le « Gouverneur ».