Lyon: Le campus de l'université Lumière, occupé par des étudiants, évacué par les CRS

MOBILISATION La présidence a eu recours aux forces de l'ordre ce vendredi matin pour faire évacuer le campus des berges du Rhône...

Elisa Frisullo

— 

	A Lyon, le 12 avril 2018. Les étudiants de Lyon-2, réunis ce jeudi en AG, ont voté le blocage illimité des deux campus.
A Lyon, le 12 avril 2018. Les étudiants de Lyon-2, réunis ce jeudi en AG, ont voté le blocage illimité des deux campus. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Le campus des quais a été évacué ce vendredi à l’aube, sur demande de la présidence de l’université.
  • Cette évacuation fait suite, selon Lyon-2, à des comportements dangereux de certains, observés sur le campus, et menaçant la sécurité.
  • En réponse à cette expulsion, un appel à manifester a été lancé par des étudiants mobilisés.

Des comportements dangereux menaçant la sécurité de chacun. Ce vendredi matin, à 6h30, la présidence de l’université Lyon-2, bloquée totalement depuis jeudi par des étudiants mobilisés contre la réforme ORE, a fait appelle à la force publique pour faire évacuer le campus des Berges du Rhône, occupé dans la nuit.

Des CRS sont donc intervenus au petit matin pour expulser, dans le calme, les étudiants qui, depuis lundi, occupaient en journée l’un des amphithéâtres du campus. Depuis le durcissement, jeudi, du mouvement de protestation contre la loi modifiant les règles d’accès à la fac, plusieurs jeunes avaient décidé de passer la nuit de jeudi à vendredi dans l’université.

« Nous regrettons profondément d’avoir eu à ordonner cette évacuation mais nous n’étions plus à même de satisfaire à l’obligation qui est celle de l’établissement d’assurer la sécurité des personnes dans ses murs », a indiqué ce vendredi matin la présidente de Lyon-2 Nathalie Dompnier.

Des comportements dangereux

Selon l’université, « les comportements à risque se sont avérés nombreux depuis le début de l’occupation (consommation d’alcool, escalade sur les façades, incursions dans les zones de chantier). Les risques d’intrusions de groupes extérieurs hostiles au mouvement, accrus par l’occupation nocturne, ont été attisés par certains choix dans l’organisation des événements en soirée alors même que les étudiant.es mobilisé.es avaient bien conscience du danger », ajoute Lyon-2., dont les agents de sécurité n’étaient plus en mesure de faire face à la situation.

Appel à manifester dans le centre-ville

« La bonne volonté et les efforts évidents de certain.es pour organiser l’occupation ne permettent pas de répondre à des comportements irresponsables et ne peuvent se substituer à la responsabilité qui est celle de l’établissement », regrette la présidence de l’Université, dans un communiqué diffusé sur son site internet.

En réponse à cette évacuation, un appel à manifester a été lancé par le collectif Université Lyon-2 en lutte sur les réseaux sociaux. Les étudiants mobilisés devraient rejoindre la manifestation des cheminots prévus ce vendredi après-midi à Lyon.

Blocage illimité

Jeudi, lors d’une assemblée générale convoquée sur le campus des quais, environ 600 étudiants présents (sur les 30.000 inscrits de Lyon-2), avaient voté le blocage illimité des deux campus de l’université. Une annulation des examens, avec validation de l’année pour tous, avait également été votée par la majorité des jeunes présents.

L’Université avait donc décidé, à la suite de l'AG, de fermer les sites Porte des Alpes et des Berges du Rhône jusqu’à samedi inclus, en laissant un accès ouvert sur les quais pour les étudiants mobilisés.