20 Minutes : Actualités et infos en direct
EXPULSIONSDix gendarmes blessés dans une «embuscade» à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes: Dix gendarmes blessés dans une «embuscade» sur la ZAD

EXPULSIONSLes zadistes reconnaissent un affrontement mais contestent avoir agi par surprise...
Une barricade sur la RD 81 traversant la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Une barricade sur la RD 81 traversant la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. - D.Meyer/AFP
Frédéric Brenon

Frédéric Brenon

L'essentiel

  • Les gendarmes auraient reçu de l'acide et un cocktail molotov en nettoyant une barricade.
  • La gendarmerie parle d'une attaque inédite depuis le début des expulsions.
  • Les zadistes démentent la version des faits présentée.

Au quatrième jour de l’opération d’évacuation d’une partie de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les heurts ont été moins nombreux. Contrairement aux jours précédents, les gendarmes n’ont procédé à aucune expulsion, privilégiant des opérations de déblaiement des cabanes démolies. Pour autant, la violence est encore parfois de la partie.

« Une volonté délibérée de blesser »

Dix gendarmes auraient ainsi été blessés dans une attaque survenue vers 13h15 sur la route départementale 81, au sud de la ZAD, selon l’Etat. « Un camion de gendarmes mobiles roulait pour aller relever une unité lorsqu’il a été arrêté par une barricade. Les gendarmes sont descendus retirer les obstacles et c’est à ce moment-là que plusieurs individus ont surgi, les ont aspergés d’acide, ont jeté un cocktail molotov et des projectiles », raconte le colonel Karine Lejeune, porte-parole de la gendarmerie nationale.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Les dix victimes souffriraient de blessures légères, notamment des brûlures. Cinq d’entre eux ont été hospitalisées au CHU de Nantes. « C’est ce qu’on appelle une embuscade, dénonce le colonel Lejeune. Ils ont ciblé un groupe pour jouer sur l’effet de surprise. Il y a une volonté délibérée de blesser. C’est la première fois que nous avons affaire à ce type d’attaque. Nous allons devoir redoubler de vigilance. »

« Ils essaient de grossir l’histoire », dénoncent les zadistes

S’ils reconnaissent un affrontement à cet endroit, les représentants de la ZAD contestent formellement l’embuscade. « Les gendarmes n’ont pas du tout été attaqués par surprise. Leur hélicoptère survolait les lieux et voyait ce qui se passait. Il y a eu une riposte sur une barricade avec des jets de projectiles, comme il y en a eu plusieurs ces derniers jours. Ils essaient de grossir l’histoire à leur avantage alors qu’ils ont eux-mêmes blessé des dizaines de personnes rien que mercredi. C’était extrêmement brutal. »

Un zadiste blessé lors d'une intervention de la gendarmerie à Notre-Dame-des-Landes.
Un zadiste blessé lors d'une intervention de la gendarmerie à Notre-Dame-des-Landes. - L.Venance/AFP

Depuis le début des expulsions lundi, les gendarmes dénombrent 42 blessés dans leurs rangs. Les zadistes parlent, eux, de plus d’une centaine de blessés au total.

Sujets liés