Limitation de vitesse à 80km/h: Emmanuel Macron confirme l’expérimentation pour deux ans à partir du 1er juillet

SECURITE ROUTERE Le Président de la République Emmanuel Macron a défendu l’abaissement de la vitesse autorisée à 80km/h sur les axes secondaires ce jeudi sur TF1…

C.P.

— 

Un panneau de limitation de vitesse à 80 km/h.
Un panneau de limitation de vitesse à 80 km/h. — SEBASTIEN BOZON / AFP

N’en déplaise à de nombreux automobilistes, motards et élus locaux, la vitesse maximale autorisée sur les axes secondaires sera bien abaissée de 90 à 80km/h à partir du 1er juillet. Le Président de la République Emmanuel Macron a confirmé ce jeudi une expérimentation d’une durée de deux ans lors d’une interview avec Jean-Pierre Pernaut sur TF1.

Financement des hôpitaux

Le chef de l’État a justifié cette réforme par la nécessité de lutter contre la mortalité en hausse  sur ces axes particulièrement dangereux mais il a pris un double engagement. Loin de venir « remplir les caisses de l’Etat » comme le dénoncent les opposants à la réforme, « tout l’argent [prélevé lors des contrôles de vitesse] sera versé aux hôpitaux qui soignent les blessés de la route », a expliqué Emmanuel Macron.

Par ailleurs, le chef de l’État a garanti que les résultats de cette expérimentation seront « transparents » : si la mortalité n’a pas reculé au bout des deux années de test, la mesure sera abandonnée et l’État laissera la main aux départements.

« Il faut relativiser »

« C’est une décision impopulaire et j’entends les mécontentements mais il faut relativiser : en région, les automobilistes parcourent en moyenne 40 kilomètres par jour. Par une règle de trois, on voit que l’abaissement de la vitesse à 80km/h ça représente deux minutes de plus par jour. Ça ne mérite pas les coups de sang qu’on a vus ».

Ce samedi de nouvelles manifestations sont organisées à travers toutes la France pour demander l’abandon de ce projet.

>> A lire aussi : Sécurité routière: Le plan du gouvernement «n’est pas un combat contre les Français», déclare le Premier ministre Edouard Philippe

>> A lire aussi : Limitation de la vitesse à 80 km/h: Une association d'automobilistes demande le retrait de la mesure