VIDEO. Attentats dans l'Aude: Le Super U de Trèbes rouvre dans l'émotion, les bénéfices seront reversés aux victimes

SOCIETE Le Super U de Trèbes, où trois personnes ont été tuées par le djihadiste Radouane Lakdim, a rouvert ses portes ce jeudi. Certains salariés, toujours choqués, ne sont pas là…

H. M. avec AFP

— 

Le super U de Trèbes, dans l'Aude, où a eu lieu une attaque terroriste le 23 mars 2018.
Le super U de Trèbes, dans l'Aude, où a eu lieu une attaque terroriste le 23 mars 2018. — ERIC CABANIS / AFP

Avec la réouverture de leur supermarché, les habitants de Trèbes vont tenter de retrouver un semblant de vie normale, trois semaines après les attaques terroristes perpétrées par Raoduane Lakdim.

Le Super U, où des travaux de réparation ont été effectués, mais aussi de nouveaux aménagements pour éviter que le souvenir de la disposition d’avant le drame viennent frapper les clients et salariés, a rouvert ses portes à 10 heures. Dans l’émotion et les larmes. « On triomphera de la barbarie unis », a lancé le préfet de l’Aude, Alain Thirion, avant de lire un poème d’Aragon.

35 employés sur 48 reprennent le travail

Les plaies sont encore ouvertes. Sur les 48 employés du magasin, 35 ont repris leur poste. « Ça prouve la dimension collective de la démarche. ça signifie qu’on est vraiment soudé », a confié à L'Indépendant Samia Menassi, la directrice de l’établissement qui est aussi l’épouse du maire de Trèbes. Pour que la reprise se fasse en douceur, malgré tout, les employés présents travaillent en binômes avec d’autres salariés de l’enseigne, volontaires, en poste dans la région.

La responsable « essaie de conserver le contact » avec ses employés encore trop traumatisés pour reprendre le travail. « On est sur un temps qui sera long sans doute », prévient-elle.

Ce jeudi, pour exorciser le drame, les Trébéens vont sûrement avoir à cœur de reprendre leurs habitudes. « C’est important de venir », estime Marie, une habitante d’une commune voisine. « On veut les retrouver, explique une octogénaire en parlant des employés, pas forcément parler avec eux, je n’aurai peut-être pas le courage, mais il faut les soutenir, faire acte de présence, montrer que la vie continue et qu’on n’a pas peur. »

En ce jour si particulier et chargé en émotion, l’intégralité des bénéfices sera reversée aux familles des victimes.

Le 23 mars 2018 au matin, après avoir abattu Jean Mazières à Carcassonne, Radouane Lakdim a tué trois personnes dans le Super U : Hervé Sosna, un client retraité, Christian Medves, le chef boucher, et le colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame qui avait échangé sa place contre celle d’une caissière prise en otage par le terroriste.