Notre-Dame-des-Landes: Les gendarmes gagnent du terrain, le bilan des blessés augmente

EXPULSIONS Les forces de l'ordre ont multiplié les offensives ce mercredi. Treize squats supplémentaires auraient été détruits...

Frédéric Brenon

— 

Intervention des gendarmes au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Intervention des gendarmes au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. — L.Venance/AFP

Au troisième jour de l’opération d’expulsion d’une partie de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, les gendarmes ont poursuivi, de manière significative, leur progression sur le terrain boisé et humide. Treize « squats » supplémentaires auraient été démantelés mercredi, portant leur total à 29 depuis lundi, annonce l’Etat.

Les abords de la fameuse RD 281, ex- « route des chicanes », sont désormais contrôlés, tandis que de nouvelles offensives ont été menées à l’ouest et à l’est de cet axe routier fermé depuis 7 ans. Les militaires ont notamment pris position ce mercredi après-midi du carrefour des Fosses noires et du Gourbi, lieux symboliques de la résistance zadiste depuis lundi.

Les gendarmes devant des cabanes détruites au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Les gendarmes devant des cabanes détruites au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. - F.Brenon/20Minutes

« Ils ont frappé un symbole, c’est sûr »

« Les opposants s’étaient rassemblés à cet endroit et n’en bougeaient pas. De l’extérieur, il y avait un sentiment d’enlisement mais, en réalité, on voulait d’abord faire la jonction avec d’autres sites », explique un officier de gendarmerie. « Ils ont frappé un symbole, c’est sûr, commente un membre de la ZAD. Mais ça ne va pas beaucoup plus loin. On continue de mettre en place des barricades pour les ralentir. Notre objectif, c’est de défendre les terres agricoles et les lieux de vie. »

Le bilan des blessés s’alourdit

Les face-à-face, souvent violents, ont allongé la liste des blessés. Aux jets de gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes et grenades de désencerclement, les opposants répliquent par des pierres et projectiles divers. Les autorités parlent désormais de 32 blessés côté gendarmes. Le bilan serait beaucoup plus lourd côté zadistes : une cinquantaine de blessés rien que ce mercredi, selon les représentants de la ZAD, à laquelle il faudrait ajouter une trentaine les deux jours précédents.

Une barricade en feu au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
Une barricade en feu au cœur de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. - G.Souvant/AFP

« Ils sont montés crescendo. C’est violent », s’inquiète un zadiste. La charge des gendarmes, près des Fosses noires, alors qu’environ 400 personnes étaient rassemblées pour « un pique-nique de soutien », a particulièrement « choqué » ce mercredi après-midi.

Les opérations vont se poursuivre

Imitant l'Acipa, principale association anti-aéroport, deux députés LREM, Matthieu Orphelin et François-Michel Lambert, ont demandé à l’Etat de «stopper l'évacuation» de la ZAD afin de « permettre la reprise du dialogue ». Le Premier ministre, Edouard Philippe, a répondu qu’il n'en était pas question.

« Les opérations vont se poursuivre dans le même esprit, avec la même fermeté et avec la même mesure. » « J’appelle chacun à se conformer le plus rapidement à l’Etat de droit », a répété Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique.