VIDEO. Affaire Tariq Ramadan: Henda Ayari, la première plaignante, est «harcelée, insultée, menacée»

TEMOIGNAGE L'ancienne salafiste devenue militante laïque et féministe raconte qu'on la suit dans la rue pour l'insulter et craint d'autres passages à l'acte...

L.Br.
— 
Henda Ayari, première plaignante contre Tariq Ramadan, le 24 novembre 2017.
Henda Ayari, première plaignante contre Tariq Ramadan, le 24 novembre 2017. — JOEL SAGET / AFP

Henda Ayari a été la première femme à porter plainte contre Tariq Ramadan, et la seule à témoigner à visage découvert. Elle subit aujourd’hui de nombreuses menaces.

« Depuis le 20 octobre dernier, jour où j’ai parlé de ce qui s’était passé et après le dépôt de ma plainte, j’ai été harcelée, insultée régulièrement, menacée », a témoigné Henda Ayari ce mardi sur Europe 1. Le 20 octobre, c’est le jour où elle a porté plainte contre l’islamologue Tariq Ramadan pour viol et agressions sexuelles.

Des faits qui dateraient de 2012. Depuis, l’ancienne salafiste décrit son quotidien devenu un enfer : elle décrit les insultes et menaces proférées à son encontre par les partisans de Tariq Ramadan. « Ça continue, et c’est de plus en plus violent. Je suis très inquiète par rapport à ces menaces. Ce ne sont pas que des insultes, ce sont aussi des passages à l’acte », a-t-elle confié sur Europe 1.

« Je suis une simple plaignante, comme d’autres »

Seule plaignante à avoir témoigné à visage découvert contre l’islamologue visé par trois plaintes, Henda Ayari a été contrainte de modifier complètement son mode de vie pour échapper à ses détracteurs. « Ce n’est pas facile de continuer ma vie comme avant. J’ai été suivie, insultée, on a vandalisé ma voiture… Je suis obligée de porter un chapeau ou une casquette pour ne pas être reconnue », rapporte-t-elle. Elle raconte même qu’un homme lui a craché dessus dans le métro.

La plaignante se dit insuffisamment protégée par les autorités. « J’ai parlé de mes inquiétudes à des policiers. Je les ai contactés il y a quelques semaines pour les prévenir que j’allais participer à la marche à la mémoire de Mireille Knoll, mais ils ne m’ont jamais répondu », raconte-t-elle, désabusée. « Je suis considérée comme une menteuse. On m’insulte de "sale juive", "sale sioniste", "payée par des complots illuminati". Alors que je suis une simple plaignante, comme d’autres », soupire celle qui est devenue militante féministe et laïque.

En fin de semaine, Henda Ayari doit être entendue par les juges d’instruction en charge de l’affaire. Mis en examen et en détention provisoire depuis deux mois, Tariq Ramadan nie toujours les faits dont on l’accuse.

>> A lire aussi : Accusations de viols. Retour sur l'affaire Tariq Ramadan en dix dates