Pyrénées: Vous achetez vos cigarettes en Andorre ? Le dispositif contre le trafic se renforce

SOCIETE En vertu d’un accord entre la France et Andorre, des équipes mixtes de douaniers sont entrées en action dans les Pyrénées pour lutter contre le trafic de cigarettes…

H.M. avec AFP

— 

Des cartouches de cigarettes saisies par les douaniers français. Illustration.
Des cartouches de cigarettes saisies par les douaniers français. Illustration. — Witt Sipa

Depuis l’augmentation des cigarettes en France le 1er mars 2018, un paquet de Marlboro ou de Gauloises blondes coûte 8 euros, contre 3 euros en Andorre. Et forcément, la tentation est d’autant plus grande d’aller se fournir dans les rayons détaxés de la principauté pyrénéenne.

Mais attention, les autorités ont anticipé cet appel d’air. Un nouvel accord de coopération entre les deux états est entré en vigueur le 1er avril. Il s’est matérialisé en fin de semaine dernière avec les premiers contrôles d’équipes mixtes de douaniers. Les agents français et andorrans collaboreront aussi sur des patrouilles en montagne et se sont engagés à mieux faire circuler leurs informations de part et d’autre de la frontière.

« La priorité n°1 » pour les douanes

« Pour les douanes, le tabac est la priorité numéro 1 en 2018 », prévient Jean-Michel Pillon, le directeur des Douanes de Toulouse. Ce dispositif « répond à la volonté du gouvernement d’Andorre de s’engager à avoir un commerce du tabac responsable, qui ne tient pas sur un trafic illicite », affirme de son côté Albert Hinojosa, son homologue andorran.

Le commerce de cigarettes rapporte quelque 110 millions d’euros par an à principauté, soit un quart de ses recettes publiques. Mais Albert Hinojosa affirme que le durcissement de l’arsenal contre le trafic n’inquiète pas les commerçants andorrans.

Petit rappel, la limite légale pour des emplettes en Andorre, est de 300 cigarettes par adulte, soit une cartouche et demie.