C’est l’heure du BIM : Lula près de la prison, procès de la filière de Lunel et Trump muscle la frontière

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

M.C.

— 

Lula.
Lula. — ERALDO PERES/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Brésil : La Cour suprême donne son feu vert à l’incarcération de Lula

Lula se rapproche de la case prison. L’ex-président brésilien, mythe vivant de la gauche, pourrait se retrouver prochainement derrière les barreaux après le rejet jeudi par la Cour suprême d’une demande d’habeas corpus pour lui éviter la prison avant l’épuisement de tous les recours possibles.

Filière djihadiste de Lunel : Cinq prévenus et 15 fantômes syriens jugés lors d'un procès symbolique

Huit d’entre eux sont présumés morts en Syrie. Sept autres seraient toujours en vie quelque part là-bas sur « le théâtre des opérations ». De la filière djihadiste de Lunel (Hérault), le tribunal correctionnel de Paris ne jugera, ce jeudi, que cinq hommes pour « association de malfaiteurs terroriste » et « financement du terrorisme ». Deux seulement sont accusés d’être partis en Syrie. Adil Barki, 39 ans, n’avait passé que quelques semaines sur place, où il aurait été cantonné aux tâches ménagères en raison de violentes crises de panique. À 47 ans, Ali Abdoumi, lui, nie s’être rendu là-bas et se prétend « non-musulman » malgré plusieurs éléments à charge contenus dans le dossier. Pour l’accusation, c’est Hamza Mosli qui fait figure de « personnage central » de ce groupe. S’il n’a jamais quitté Lunel, il est accusé d’avoir joué un rôle de relais avec la Syrie où ses deux frères ont été tués.

>> Le maire de Lunel s'oppose fermement au retour des «djihadistes repentis»

Donald Trump envoie la Garde nationale à la frontière avec le Mexique

Il l’avait annoncé la veille, Donald Trump a ordonné mercredi l’envoi de la Garde nationale à la frontière avec le Mexique pour contenir l’immigration clandestine et accroître la pression sur son voisin du Sud. Quelques heures plus tôt, la caravane de plus de 1.000 migrants d’Amérique centrale qui traversait le Mexique en direction des Etats-Unis afin d’y entrer clandestinement avait renoncé, dépassée par son ampleur.

>> Donald Trump propose de régulariser 1,8 million de sans-papiers en échange du mur