Universités: Des étudiants grévistes demandent à avoir des notes minimales aux partiels

EXAMENS Les étudiants grévistes demandent à la direction « de mettre 10 sur 20 à tout le monde aux partiels »…

C. Ape. avec AFP
— 
Des étudiants arrivent à l'université Jean-Jaurès de Toulouse avant l'assemblée générale
Des étudiants arrivent à l'université Jean-Jaurès de Toulouse avant l'assemblée générale — PASCAL PAVANI / AFP

Des étudiants grévistes de l’université de Toulouse mais aussi de la faculté parisienne de Tolbiac, qui dépend de l’université de Paris I, ont demandé à leur direction que des notes minimales soient attribuées aux partiels qui débuteront en mai.

A Tolbiac, mardi, lors d’une assemblée générale, les étudiants ont voté le « blocage illimité », dans le cadre du mouvement contre la nouvelle loi sur l’entrée à l’université, considérée comme de la sélection par ses opposants.

Le blocage voté « jusqu’au retrait du projet de loi »

Ce blocage a été voté à 497 voix pour, a indiqué à l’AFP le service de presse de l’université Panthéon-Sorbonne, alors que 407 personnes étaient contre. Quelque 900 personnes s’étaient déclarées pour un blocage, mais pas forcément illimité, lors de cette AG qui a rassemblé un gros millier de personnes.

« On va continuer de bloquer jusqu’au retrait du projet de loi et on demande à la direction de mettre 10 sur 20 à tout le monde aux partiels », a indiqué une étudiante.

A l’université Jean-Jaurès de Toulouse, la même proposition avait été soumise et adoptée lors d’une assemblée générale dès le 22 mars, rapporte le site Actu.fr. Son application n’a toutefois pas encore été actée par la direction.

Ailleurs en France, le mouvement de protestation contre la réforme Vidal, qui modifie les conditions d’accès aux études universitaires, a notamment touché ces derniers jours l’université Paul-Valéry de Montpellier, Jean-Jaurès à Toulouse, le campus de la Victoire à Bordeaux, ou encore la faculté de lettres de Nancy.