Prestations familiales, carnet de santé, bouton d’urgence… Tout ce qui change à partir du 1er avril

VIE PRATIQUE Les nouvelles sont plutôt bonnes en ce mois d’avril pour les particuliers…

M.B.

— 

Allocations familiales, illustration
Allocations familiales, illustration — LODI Franck/SIPA

Comme tous les mois, il y a des nouveautés susceptibles de modifier votre quotidien. 20 Minutes fait le point sur tout ce qui va changer pour vous à partir de dimanche.

>> A lire aussi : Prix du tabac, tarifs du gaz, vignette Crit’Air... Tout ce qui va changer à partir du 1er mars

Des prestations sociales et familiales revalorisées

Un coup de pouce pour 8 millions de ménages. Alors qu’elles n’avaient été revalorisées que de 0,3 % en 2017, les allocations familiales  vont obtenir un coup de pouce de 1 % à partir du 1er avril. Un foyer avec deux enfants à charge pourra ainsi toucher au maximum 131,16 euros (pour la tranche de revenus la plus basse), et au minimum 32,79 euros (revenus les plus élevés).

Plusieurs autres prestations vont augmenter de 1% au 1er avril, en ligne avec l'inflation: 

- Le Revenu de solidarité active (RSA) passe à 550,93 euros par mois pour une personne seule résidant en métropole.

- La prime d'activité, aide aux travailleurs à revenus modestes, va atteindre 531,51 euros pour une personne seule sans enfant.

- L'Allocation aux adultes handicapés (AAH) passe à 819 euros maximum. L'AAH doit par ailleurs connaître des revalorisations exceptionnelles au 1er novembre, à 860 euros, et au 1er novembre 2019 pour atteindre 900 euros.

- Le Complément familial atteint 170,71 euros, tandis que le montant majoré, versé aux familles nombreuses modestes, augmente de 8,2% à 256,09 euros par mois.

- L'allocation de soutien familial, qui complète le revenu des parents isolés ne percevant pas de pension alimentaire, augmente de 5,2% à 153,70 pour un taux plein, 115,30 euros pour un taux partiel.

- L'allocation de base d'éducation d'enfant handicapé augmente de 1% à 131,81 euros.

-Le complément de libre choix du mode de garde (CMG) augmente de 1%. Par exemple, pour les enfants jusqu'à trois ans, la somme maximale sera de 467,41 euros, et la somme minimale de 176,82 euros, en fonction des ressources, pour l'emploi direct d'une assistante maternelle ou garde à domicile.

-Le congé parental progresse de 1%, sa rémunération passe à 396,01 euros pour un taux plein.

- L'allocation de rentrée scolaire, qui sera versée en août, a été calculée et augmentera de 1% à 367,73 euros pour les enfants de 6-10 ans, 388,02 euros pour les 11-14 ans et 401,47 euros pour les 15-18 ans.

Par ailleurs, la prestation d'accueil du jeune enfant (Paje) va connaître des évolutions contrastées selon ses composantes. Pour les enfants nés ou adoptés à compter du 1er avril, la prime à la naissance va augmenter de 2% par rapport à celle versée pour les enfants nés avant cette date, à 941,66 euros. La prime à l'adoption va connaître la même progression à 1.883,31 euros. Ces deux prestations n'avaient pas connu d'augmentation depuis avril 2013. L'allocation de base va en revanche diminuer de 7,5% à 170,71 euros pour un taux plein (-13,9 euros par mois), et à 85,36 euros pour un taux partiel, pour les enfants nés ou adoptés à compter d'avril. Le gouvernement a expliqué cette évolution par un alignement, pour les nouvelles naissances, des barèmes de montants et de plafonds de ressources sur ceux du complément familial.

Enfin, le minimum vieillesse va être gonflé de 30 euros dès dimanche pour atteindre 833 euros par mois. D'autres revalorisations exceptionnelles de 35 euros au 1er janvier 2019 et 35 euros en janvier 2020 sont prévues dans le budget 2018.

>> Retrouvez par ici la ciculaire avec le détail des revalorisations

Un nouveau carnet de santé

La dernière version datait de 2006. Le carnet de santé fait peau neuve. Distribué à partir du 1er avril, il intègre les 11 vaccinations maintenant obligatoires pour les enfants, mais aussi des recommandations nouvelles comme celle d’éviter la télé avant trois ans.

>> A lire aussi: Le nouveau carnet de santé «est un outil pédagogique pour les parents et les pédiatres»

La fin de la trêve hivernale

Après cinq mois d’interruption, la menace d’expulsion revient pour des milliers de familles. La trêve hivernale touche à sa fin ce samedi soir. Pendant cette « trêve », qui court du 1er novembre au 31 mars, un locataire ne peut pas être expulsé de son logement sauf s’il est prévu un relogement décent pour le locataire et sa famille et si les locaux font l’objet d’un arrêté de péril.

Un chèque énergie pour quatre millions de ménages

Un chèque de 48 euros à 227 euros, valable un an, pour payer toutes ses dépenses d’énergie (électricité, gaz, fioul ou bois…) mais aussi certaines dépenses de rénovation énergétique. C’est le coup de pouce gouvernemental que certains Français ont commencé à recevoir depuis la fin mars et ce jusqu’à la fin avril. Annoncé le 18 septembre 2017 dans le cadre du « Plan climat » de Nicolas Hulot, ce dispositif, déjà testé depuis 2016 dans plusieurs départements, remplace officiellement les tarifs sociaux de l’énergie depuis le 1er janvier. Objectif affiché par le ministère : « aider 4 millions de ménages aux revenus très bas à payer leur facture d’énergie ». En ferez-vous partie? Pour le savoir, il suffit de renseigner votre numéro fiscal dans le simulateur en ligne du gouvernement.

>> A lire aussi : Chèque-énergie: Allez-vous recevoir la nouvelle aide distribuée à partir de ce lundi?

Prix du gaz à la baisse

La baisse des tarifs du gaz se poursuit. Après une forte hausse en janvier et en février, les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie à plusieurs millions de clients en France, ont diminué de 3 % en mars et reculeront de 1,1 % en avril. Dans le détail, les tarifs réglementés baisseront de 0,4 % pour le tarif de base (cuisson), de 0,7 % pour le tarif B0 (cuisson et eau chaude) et de 1,2 % pour le tarif B1 (chauffage).

Des relations plus faciles avec les banques et les assurances

Les relations entre les banques, les assurances et leurs clients pourront être facilitées. L’ordonnance sur la dématérialisation des relations contractuelles dans le secteur financier rentre en application à partir du 1er avril. Concrètement, elle permettra notamment les envois recommandés électroniques, la signature électronique…

Un bouton d’urgence obligatoire sur les voitures neuves

Il s’appelle eCall et pourrait sauver 2.500 vies chaque année en Europe. A partir du 1er avril, tous les nouveaux modèles de véhicules légers devront être équipés de ce bouton d’urgence. Le système (gratuit pour les utilisateurs, mais à la charge des constructeurs) fonctionne automatiquement après le déclenchement des airbags ou manuellement en cas de malaise, d’agression ou d’accident léger.

Concrètement, la personne est mise en relation avec un opérateur qui aura 75 secondes pour prévenir les secours ou un remorqueur en fonction de la gravité de la situation. La voiture, elle, sera localisée automatiquement via un GPS intégré à eCall. » Le but d’un tel système est d’améliorer l’efficacité de l’arrivée des secours pendant "l’heure d’or" (si la victime est prise en charge par les secours durant la première heure suivant l’accident, elle a plus de chances de survie) d’une manière standardisée dans toute l’Europe », explique la député européenne Olga Sehnalová.

Contenus en ligne

Tous les Européens abonnés à un service proposant des contenus en ligne (comme Netflix, Canal+ ou Deezer) pourront continuer à accéder à ce contenu quand ils voyagent dans l'UE.