Mayotte: Le gouvernement nomme un nouveau préfet, alors que l'île entame sa sixième semaine de blocages

CONTESTATION Accompagné d’une équipe ministérielle, Dominique Sorain a un mois pour présenter des mesures pour Mayotte…

20 Minutes avec AFP

— 

Un enfant agite un drapeau français le 19 avril 2016 à Mamoutzou à l'occasion d'une journée "île morte".
Un enfant agite un drapeau français le 19 avril 2016 à Mamoutzou à l'occasion d'une journée "île morte". — ORNELLA LAMBERTI AFP

Le département français entame sa sixième semaine de conflit. Face au blocage de Mayotte, le gouvernement a nommé ce mercredi un nouveau préfet. Dominique Sorain doit remplacer Frédéric Veau, a annoncé la ministre des Outre-mer Annick Girardin à la presse.

Jusqu’alors directeur de cabinet de la ministre des Outre-mer, Dominique Sorain, nommé également « délégué du gouvernement », sera « accompagné d’une équipe interministérielle qui viendra renforcer les services de l’Etat sur place », a indiqué la ministre. Il doit présenter « un train de mesures » pour Mayotte d’ici un mois.

A 8.000 km de Paris, l’État entend mettre en place une « nouvelle méthode » pour rétablir la confiance avec les élus et les différents acteurs sur le territoire. L’équipe nommée mercredi est composée d’experts des différents secteurs en proie à de graves difficultés : action sociale, sécurité, Éducation nationale, santé, environnement…

« Tout est urgent à Mayotte »

Un point d’étape sera fait à Paris « dans la semaine du 16 avril en présence du Premier ministre, des membres du gouvernement concernés et des élus du territoire », a indiqué Annick Girardin. « Mayotte est le 101e département français et le restera », a affirmé la ministre.

>> A lire aussi : Mayotte. Pourquoi la création d'un «statut international» pour la maternité pose problème

« Tout est urgent à Mayotte », a-t-elle fait valoir, soulignant que le gouvernement a pris dès le début du mouvement de contestation des mesures pour renforcer notamment la sécurité et lutter « de façon implacable » contre l’immigration irrégulière.

Ce département français d’outre-mer est secoué depuis plus d’un mois par un mouvement social qui dénonce l’insécurité et l’immigration clandestine venue des Comores.