Haute-Savoie: Il reçoit au courrier la montre de son père, volée par les nazis il y a 75 ans

BELLE HISTOIRE L'objet lui a été envoyé par une Allemande qui lors d'un héritage a fait des recherches sur les origines du bijoux...

E.F.

— 

La montre a été volée lors d'une rafle qui a eu lieu en 1943 à Habère-Lullin en Haute-Savoie
La montre a été volée lors d'une rafle qui a eu lieu en 1943 à Habère-Lullin en Haute-Savoie — Map4News

Il aura fallu soixante-quinze longues années pour que sa famille récupère le bijou qui lui avait été dérobé par les Nazis. Un habitant de Habère-Lullin a eu l’immense surprise de voir réapparaître, il y a quelques semaines, un objet volé à son père lors d’une rafle perpétrée en 1943 dans ce village de Haute-Savoie.

Cette montre à gousset ronde et argentée a été envoyée par colis à Jean-Michel Duret, un éleveur de la commune, par une Allemande, qui après avoir hérité du bijou, s’est mis en tête de retracer l’histoire de l’objet, relate ce mercredi Le Parisien.

>> A lire aussi : Une toile de Pissarro spoliée pendant la Seconde Guerre mondiale réapparaît dans un musée à Paris

Des inscriptions sur la montre

En nettoyant la montre, Sabine Konitzer a découvert, inscrit sur le boîtier, le nom de son propriétaire « Duret Jean » accompagné du lieu « Habère-Lullin ». En cherchant sur le web, cette Berlinoise a retrouvé la trace du fils du propriétaire de la montre, Jean-Michel, et lui a envoyé ce bien familial, d’une grande valeur sentimentale, en expliquant sa démarche dans une lettre glissée dans le colis.

« Dans la nuit du 25 au 26 décembre 1943, les SS ont fait une descente dans un bal qui se déroulait au château d’Habert-Lullin », raconte au quotidien Jean-Michel Duret. Son père faisait partie des jeunes résistants présents à la fête. Il avait 18 ans.

Jean est arrêté mais parvient à s’échapper

Ce soir-là, plusieurs hommes ont été fusillés mais pas Jean, arrêté par les Allemands et dépouillé de ses effets personnels. L’homme parviendra à s’échapper en sautant du train le menant au Service du Travail Obligatoire de Leipzig et rejoindra le maquis. Il est décédé en 2010, sans savoir qu’un jour, sa montre, remplie d’histoire, rejoindrait les siens.