Mayotte: Les barrages temporairement levés

MOBILISATION Pour permettre à la population de se ravitailler...

B.D. avec AFP

— 

Un barrage routier près de Koungou, à Mayotte, le 9 mars 2018.
Un barrage routier près de Koungou, à Mayotte, le 9 mars 2018. — Ornella LAMBERTI / AFP

Les barricades érigées dans le cadre du mouvement social contre l’insécurité et l’immigration ont été temporairement levées ce samedi à Mayotte afin de permettre à la population de se ravitailler, a indiqué un leader syndical.

>> A LIRE AUSSI. Les Comores renvoient un bateau de migrants comoriens expulsés de Mayotte

Ces barrages routiers bloquaient le nord, le centre et le sud de l’île depuis début mars et empêchaient les véhicules mais aussi les piétons de circuler. Ce samedi, à la veille du second tour d’une élection législative partielle, ils ont été levés de 8h à 18h, exceptés ceux qui encerclent le port de Longoni (nord de l’île), ne permettant pas aux marchandises stockées depuis plusieurs semaines d’être acheminées.

Un délégué du gouvernement désigné lundi

Jeudi, Edouard Philippe avait annoncé dans une lettre adressée aux élus de Mayotte que serait désigné lundi un délégué du gouvernement « pour élaborer en liaison étroite avec toutes les parties prenantes les propositions pour l’avenir du territoire ». Mais cette annonce n’a pas entamé la détermination de l’intersyndicale et du collectif à l’origine du mouvement de contestation sociale.

Ces derniers estiment en effet que « ce sont (eux), ses premiers interlocuteurs, qui (sont) sur les barrages, pas les élus », a expliqué le secrétaire départemental de la SNUipp-FSU, Rivomalala Rakotondravelo, à l’AFP. Les barrages routiers seront remis en place dimanche, notamment dans le but de bloquer le second tour de la législative partielle, a-t-il encore indiqué.

Manifestation anti-étrangers

La journée de ce samedi a également été marquée par une manifestation anti-étrangers rassemblant entre 40 et 60 personnes dans la commune de Kani-Kéli (Sud de Mayotte), a indiqué la gendarmerie à l’AFP. Plusieurs individus auraient mis le feu à une case, « heureusement vide », et un des auteurs présumés a été placé en garde à vue.

La semaine dernière, un collectif d’habitants du Nord de l’île a été créé afin « de démanteler les groupes d’étrangers, comoriens et africains » En situation irrégulière sur le territoire. Mayotte connaît une forte pression migratoire des îles voisines des Comores dont la plus proche est située à 70 km de ses côtes.