Vos états généraux de la bioéthique: Les 18-30 ans favorables à la PMA pour toutes, la GPA et à l'euthanasie

EXCLUSIF Selon un sondage exclusif OpinionWay pour « 20 Minutes », la grande majorité des 18-30 ans sont favorables à l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, à la légalisation de la GPA et à une avancée du débat sur la fin de vie…

Anissa Boumediene

— 

GPA, PMA, don d'ovocytes: D'un pays à l'autre, la législation diffère.
GPA, PMA, don d'ovocytes: D'un pays à l'autre, la législation diffère. — DURAND FLORENCE/SIPA
  • Dans le cadre des états généraux de la bioéthique lancés en janvier, une grande concertation citoyenne se déroule un peu partout dans le pays, en préambule à une révision de la loi de bioéthique, prévue pour cet été.
  • Selon un sondage OpinionWay auprès du panel #MoiJeune de « 20 Minutes »  publié ce lundi, l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes est l’un des enjeux prioritaires de ces états généraux de la bioéthique.
  • Même si la question ne fait pas partie de ce que le législateur devrait réviser, plus des trois quarts (76 %) des 18-30 ans se déclarent favorables à la légalisation de la gestation pour autrui (GPA).

Elargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, légalisation de la gestation pour autrui (GPA), fin de vie ou encore développement embryonnaire et big data : les débats qui se déroulent un peu partout en régions depuis janvier promettent d’être riches et passionnés.

>> A lire aussi : VIDEO. Etats généraux de la bioéthique: PMA, GPA et euthanasie au cœur des débats à partir de ce jeudi

Alors qu’une révision de la loi de bioéthique doit intervenir cet été, une grande concertation citoyenne de plusieurs mois a été lancée en préambule dans tout le pays, pour prendre le pouls de la société civile sur ces grandes questions qui font débat. Mais pour les 18-30 ans, l’esprit est à l’ouverture, et 76 % d’entre eux sont favorables à la légalisation de la GPA, quand 96 % des jeunes interrogés se déclarent favorables à l’euthanasie, selon une enquête exclusive OpinionWay* pour 20 Minutes réalisée auprès de la communauté  #MoiJeune, parue ce lundi.

PMA, GPA et fin de vie : Une volonté de « faire bouger les lignes »

Gros dossier au menu de ces états généraux : l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes, aujourd’hui exclues de ce dispositif réservé en France aux seuls couples hétérosexuels, qui bénéficient sous conditions d’une prise en charge financière. Mais la législation pourrait bientôt évoluer : l’été dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) se prononçait en faveur de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Une préconisation plébiscitée par 86 % des 18-30 ans, selon notre enquête. Toutefois, rien n’est encore assuré et les modalités d’accès à la PMA pour toutes n’ont pas encore été débattues.

>> A lire aussi : VIDEO. Lois de la bioéthique: GPA, PMA, FIV,... C'est quoi tout ça ?

Par ailleurs, si la GPA cristallise beaucoup de tensions à l’occasion de ces états généraux de la bioéthique, il n’est pourtant pas question pour le législateur d’envisager sa légalisation en France, qui pour l’heure se heurte à une solide fin de non-recevoir. Mais de leur côté, les trois quarts des jeunes Français (76 %) y sont favorables. « Il y a chez les 18-30 ans une très forte volonté de faire bouger les lignes sur ces grandes questions de société, les chiffres sont assez unanimes », observe Antoine Buisson, directeur d’études à OpinionWay.

>> A lire aussi : VIDEO. Etats généraux de la bioéthique: «Depuis que j’ai fait congeler mes ovocytes, je me sens libre»

Ainsi, s’agissant de la délicate question de la fin de vie, les jeunes interrogés ont un avis très tranché, puisque 96 % d’entre eux sont favorables à la légalisation de l’euthanasie active. Il y a quelques mois, la romancière Anne Bert, atteinte de la maladie de Charcot, interpellait la classe politique et l’opinion sur le droit à mourir dans la dignité, avant d’aller se faire euthanasier en Belgique, où la loi l’autorise.

Une ouverture sous conditions

Pour autant, pas question de signer un blanc-seing sur tous ces épineux sujets de société. « Si les 18-30 prônent majoritairement l’ouverture et l’évolution sur ces grandes questions de société, ils ne sont pas pour la légalisation sans réserve, souligne Antoine Buisson, d’OpinionWay. Cette très forte volonté de voir le législateur s’adapter aux nouvelles évolutions de la société s’accompagne d’une conscience aiguë de la nécessité de débattre et définir un cadre légal qui protège de toute dérive ».

Ainsi, si 76 % des jeunes Français interrogés sont favorables à la légalisation de la GPA, « 62 % d’entre eux la prônent sous réserve qu’elle soit assortie de conditions », rappelle le directeur d’études d’OpinionWay. Marchandisation du corps, protection de la gestatrice ou encore statut et droits de l’enfant à naître sont autant de points à débattre dans un cadre favorisant la discussion éclairée et dépassionnée. « Les 18-30 observent le monde qui les entoure, ajoute Antoine Buisson, et perçoivent que les questions abordées dans ces états généraux font écho aux questions qui agitent la société ».

Etude OpinionWay pour 20 Minutes réalisée en ligne du 2 au 6 février 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 618 jeunes âgés de 18 à 30 ans (méthode des quotas).

Si vous avez entre 18 et 30 ans, vous pouvez participer au projet « #MOIJEUNE », une série d’enquêtes lancée par 20 Minutes et construite avec et pour les jeunes. Toutes les infos pour vous inscrire en ligne  ici.