VIDEO. Soupçons de financement libyen: Une mise en examen qui ouvre un nouveau front judiciaire pour Nicolas Sarkozy

JUSTICE L’ex-chef d’État Nicolas Sarkozy, mis en examen mercredi soir dans le dossier du financement libyen présumé de sa campagne présidentielle 2007, doit faire face à d’autres affaires judiciaires…

20 Minutes avec AFP
— 
Nicolas Sarkozy, lors de PSG-Nantes, le 11 novembre 2016
Nicolas Sarkozy, lors de PSG-Nantes, le 11 novembre 2016 — FRANCK FIFE / AFP

Après plus de 24 heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy a a été mis en examen mercredi soir pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens et placé sous contrôle judiciaire.

>> A lire aussi : VIDEO. Comment l’affaire du financement libyen a mené Nicolas Sarkozy en garde à vue

Cette inculpation ouvre un nouveau front judiciaire pour l’ancien Président de la République. Renvoi en procès dans l’affaire Bygmalion, mise en examen dans l’affaire des « écoutes » et le dossier du financement libyen présumé… Revue des dossiers dans lesquels apparaît (de près ou de loin) Nicolas Sarkozy.

Infographie des affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy.
Infographie des affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy. - Sabrina BLANCHARD, Paul DEFOSSEUX / AFP

Accusations de financement libyen de la campagne de 2007

« Coup de tonnerre » dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 : après plus de 24 heures de garde à vue, Nicolas Sarkozy, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a été mis en examen mercredi soir pour « corruption passive », « financement illégal de campagne électorale » et « recel de fonds publics libyens » et placé sous contrôle judiciaire.

Mardi, l’ancien chef de l’État avait été placé en garde à vue par les policiers anticorruption de l’Oclciff qui entendaient également en audition libre l’un de ses anciens proches, l’ex-ministre Brice Hortefeux. C’est la première fois que l’ancien chef de l’Etat était interrogé dans cette procédure instruite par les juges financiers depuis 2013.

Au cœur du dossier : des accusations formulées par l'intermédiaire Ziad Takieddine et d’ex-dignitaires libyens, tandis que d’autres ont démenti et que Nicolas Sarkozy les a contestées. Dans ce dossier, l’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant a été mis en examen notamment pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée, en raison d’un virement suspect de 500.000 euros qu’il a justifié par la vente de deux tableaux. En novembre 2016, Ziad Takieddine avait affirmé avoir lui-même remis 5 millions d’euros d’argent libyen au camp Sarkozy quelques mois avant son accession victorieuse à l’Elysée.

>> A lire aussi : Carnet secret, valises de cash... Les indices troublants qui ont conduit Nicolas Sarkozy en garde à vue

Pendant sa garde à vue, Nicolas Sarkozy, qui demandait à être placé sous le statut de témoin assisté, a invoqué devant les juges l’absence de « preuve matérielle » et affirmé vivre « l’enfer de la calomnie ». Il doit s’exprimer ce jeudi soir au journal de 20h de TF1.

>> A lire aussi : Nicolas Sarkozy sera l'invité du 20h de TF1 ce jeudi

L’Affaire Bygmalion

C’est une autre affaire de financement illégal de campagne présidentielle. Dans ce dossier, Nicolas Sarkozy a été renvoyé en procès en février 2017 par le juge Serge Tournaire pour financement illégal de campagne électorale, en raison du dépassement du plafond autorisé des dépenses de sa campagne présidentielle de 2012.

 

>> A lire aussi : Affaire Bygmalion: Quelle peine risque Nicolas Sarkozy?

Il a fait appel de ce renvoi comme la plupart des treize autres protagonistes poursuivis devant le tribunal correctionnel pour un vaste système de fausses factures destiné à cacher le dépassement du plafond des dépenses. Nicolas Sarkozy n’a pas été mis en cause pour les fausses factures.

Le dossier « des écoutes »

Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir tenté, début 2014, via son avocat Thierry Herzog, d'obtenir d'un haut magistrat, Gilbert Azibert, des informations secrètes dans une procédure sur la saisie de ses agendas dans l’affaire Bettencourt.

 

Après la validation des écoutes téléphoniques par la Cour de cassation en mars 2016, le Parquet national financier a requis début octobre 2017 le renvoi devant le tribunal correctionnel des trois mis en examen dont Nicolas Sarkozy pour «corruption» et «trafic d'influence».

>> A lire aussi : Comment Sarkozy a justifié sa ligne au nom de Paul Bismuth auprès des juges

Affaire Karachi

Le nom de Nicolas Sarkozy, ministre du Budget à l’époque, apparaît dans cette enquête sur des soupçons de rétrocommissions en faveur du camp Balladur en marge de ventes d’armes dans les années 90.

Il a été entendu en juin 2017 comme simple témoin dans le volet ministériel de l’affaire instruit à la Cour de justice de la République (CJR). L'ex-Premier ministre Edouard Balladur est mis en examen pour « complicité et recel d’abus de biens sociaux » et son ministre de la Défense François Léotard pour « complicité d’abus de biens sociaux ».

Sondages de l’Elysée

Les juges ont terminé en mai 2017 leur enquête sur des soupçons de favoritisme dans l'attribution des sondages de la présidence sous le quinquennat Sarkozy (2007-2012). Personnage-clé du dossier, son ancien conseiller, Patrick Buisson, est soupçonné d’avoir profité de sa position pour réaliser d’importants bénéfices sur des sondages qu’il commandait au nom de sa société et qu’il revendait à l’Élysée. Il a été mis en examen, tout comme l'ex-directrice de cabinet Emmanuelle Mignon et l'ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant. Nicolas Sarkozy étant couvert par l’immunité présidentielle, le juge l’avait convoqué comme témoin, mais il avait refusé de s’y rendre. Le PNF doit désormais prendre ses réquisitions dans ce dossier avant la décision finale des juges.

>> A lire aussi : Les trois actes d’une relation tumultueuse entre le président et son conseiller

Nicolas Sarkozy a bénéficié d’un non-lieu dans plusieurs autres dossiers : ses voyages en jet privé facturés à la société Lov Group de son ami Stéphane Courbit​ ; l’enquête sur ses pénalités réglées par l’UMP pour le dépassement de son plafond de dépenses de campagne en 2012 ou encore l'affaire Bettencourt. Il avait un temps été brièvement mis en examen pour « abus de faiblesse » de l’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt.