Pour éviter les traditionnels écarts de comptage, les médias adoptent leur propre système pour compter les manifestants

DECOMPTE Le cabinet explique sa méthode de comptage dans les rues, incluant les personnes stationnées sur les trottoirs...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation à Marseille, le 22 mars 2018.
Manifestation à Marseille, le 22 mars 2018. — Claude Paris/AP/SIPA

Une vingtaine de médias français, parmi lesquels l'Upreg (Union de la presse en région) dont 20 Minutes est membre, adoptent ce jeudi leur propre méthode de comptage des participants, réalisé par un cabinet spécialisé, lors de la manifestation à Paris des fonctionnaires et des cheminots, en parallèle des habituels chiffrages de la police et des syndicats.

Le collectif de médias s’est associé au cabinet d’études spécialisé dans le comptage du public, Occurrence. « Le projet consiste à mettre en place un mode de comptage indépendant lors de grandes manifestations à Paris ou en région afin d’être le plus proche possible de la réalité », a expliqué l’AFP mardi dans un communiqué.

Une ligne virtuelle dans la rue

Le cabinet Occurrence effectuera un comptage avec deux capteurs placés en hauteur, le troisième étage d’un hôtel par exemple, qui tracent une ligne virtuelle sur la rue : chaque manifestant qui franchit cette ligne est ainsi comptabilisé. Les trottoirs sont pris en compte. En parallèle, sont effectués des « micro-comptages humains ». La manifestation est filmée pendant vingt à trente secondes à différents intervalles et différentes « intensités ». Les manifestants sont recomptés humainement sur ces extraits vidéo pour ajuster le décompte fait par les capteurs, et déterminer une marge d’erreur.

>> A lire aussi : Loi Travail. Mais comment la police compte-elle les manifestants ?

Testé lors d’une manifestation parisienne le 16 novembre contre la politique « libérale » d’Emmanuel Macron, Occurrence avait comptabilisé 8.250 manifestants. Pour la même manifestation de novembre, la préfecture de police de Paris a annoncé 8.000 participants. Pour la manifestation de novembre, la CGT avait annoncé 40.000 participants à Paris.