Pédophilie: «Je ne crois plus en la bonne intention de l’Église» , regrette le président de La Parole Libérée

PEDOPHILIE DANS L'EGLISE A l'occasion de la diffusion ce mercredi d'un documentaire sur le scandale pédophile dans l'Eglise, «20 Minutes» est allé à la rencontre des fondateurs de «La Parole Libérée». 

Elisa Frisullo

— 

Lyon, le 5 mars 2018. François Devaux, président de l'association La Parole Libérée.
Lyon, le 5 mars 2018. François Devaux, président de l'association La Parole Libérée. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • «France 3» diffuse ce mercredi soir un documentaire sur la pédophilie dans l'Eglise. Un scandale né après la médiatisation de l'affaire Preynat par les Lyonnais de «La Parole Libérée».
  • Deux ans après le début de leur combat, «20 Minutes» est allé à la rencontre de deux des fondateurs de l'association lyonnaise. Entre fierté, déception et désillusion, ils livrent leur sentiment sur ces longs mois de bataille. 

Cheveux ras, barbe longue, béret sur la tête. Deux ans après avoir créé La Parole Libérée, François Devaux n’a plus grand-chose de l’homme qui s’était présenté face aux médias le 12 janvier 2016 pour révéler, avec Bertrand Virieux et Alexandre Dussot, les abus présumés du père Preynat. L’ancien scout souriant, la « grande gueule » du trio, a conservé son franc-parler. Mais son visage, plus grave, a gardé l’empreinte de ces longs mois de bataille. Un combat raconté et décrypté ce mercredi soir sur France 3 dans le documentaire de Richard Puech Pédophilie, un silence de cathédrale, diffusé à 20h55.

« Ces deux années nous ont pris du temps, de l’énergie. La médiatisation me faisait peur mais nous n’avions pas le choix, c’était le seul moyen pour faire bouger les choses », confie à 20 Minutes le président de La Parole libérée. « C’est compliqué à porter et cela impactera ma vie jusqu’à la fin de mes jours », ajoute François Devaux, 39 ans.

La parole s’est libérée suite à leur action

Depuis leur action destinée à révéler les agressions et viols reprochés au curé et à briser le silence dans l’église, des centaines d’autres victimes se sont rapprochées d’eux pour dénoncer des faits similaires, souvent prescrits. Des milliers d’articles de presse se sont fait l’écho dans le monde entier de leur combat qui a plongé l’Eglise française dans un scandale sans précédent.

« Les résultats de cette aventure médiatique hors norme ont dépassé toutes nos espérances initiales. J’en veux pour exemple le fait que l’expression "la parole se libère" est devenue générique, commune, et est comprise de tous dans plusieurs domaines ayant trait aux violences faites aux femmes, aux enfants ou à la problématique plus générale de la victime. Je pense que cette expression a fait et fera date », estime Bertrand Virieux.

>> A lire aussi : VIDEO. «Pédophilie, un silence de cathédrale», un documentaire fouillé et bouleversant sur le scandale qui secoue l'Eglise de France

Depuis qu’ils ont exhumé cette affaire de pédophilie vieille de 25 ans, en dévoilant courageusement leurs visages à la face du monde, le quotidien de ce cardiologue de 46 ans a changé. « Beaucoup de mes patients de tout âge continuent, au détour d’une consultation, de me faire part des agressions sexuelles qu’ils ont subies, et qui sont survenues notamment dans le monde ecclésiastique », confie cet ancien scout, dubitatif quant à la volonté de l’Église de prendre ce fléau à bras-le-corps.

>> A lire aussi : Pédophilie: 400 victimes présumées recensées par l'association lyonnaise «La Parole libérée»

« Je ne crois plus en la bonne intention de l’Église »

Si l’action des Lyonnais a largement contribué à inciter des victimes à sortir du silence et à mettre l’Église face à ses responsabilités, les mesures promises par l’institution tardent à être mises en place. « On a fait un rapport sur ce fléau, on leur a mâché le boulot. Il y a des mesures simples qui pouvaient être rapidement instaurées », ajoute François Devaux.

>> A lire aussi : Abus sexuels: Les victimes d'un même agresseur se retrouvent sur «Match»

La Parole Libérée plaidait notamment pour un dépaysement des dossiers de prêtres pédophiles dans d’autres diocèses que celui des faits présumés, pour que, comme dans la société civile, l’évêque n’ait pas à arbitrer les agissements de l’une de ses ouailles. Les anciens scouts ont également demandé que l’information des victimes sur les procédures canoniques soit renforcée. Sur ces deux points, pourtant validés par la Confédération des évêques de France selon François Devaux, rien n’a encore changé.

« Je ne crois plus en la bonne intention de l’Église de se remettre en question sur cette question de la pédophilie. Je n’ai plus confiance dans le pape ni dans sa façon d’appréhender ces choses-là », ajoute le président de La Parole Libérée, soucieux toutefois d’aller au terme de la bataille engagée. « Je ne suis pas sûr que la honte ait encore changé de camp. Mais nous irons au bout de nos procédures judiciaires, même si certains estiment que c’est de l’acharnement. On ne pourra cependant pas continuer sur ce rythme effréné. Il serait temps que le gouvernement s’empare de ce problème sociétal », ajoute-t-il.

>> A lire aussi : Prêtre soupçonné de pédophile: Comment les victimes ont réussi à faire éclater le scandale?

Lyon, le 27 mai 2016. Bertrand Virieux, membre fondateur de la Parole Libérée et l'une des victimes présumées du Père Bernard Preynat qui officiait dans le diocèse de Lyon. Ce curé a été mis en examen en janvier 2016 pour agressions sexuelles sur des scouts de Sainte-Foy-les-Lyon.
Lyon, le 27 mai 2016. Bertrand Virieux, membre fondateur de la Parole Libérée et l'une des victimes présumées du Père Bernard Preynat qui officiait dans le diocèse de Lyon. Ce curé a été mis en examen en janvier 2016 pour agressions sexuelles sur des scouts de Sainte-Foy-les-Lyon. - Elisa Frisullo / 20 Minutes

 

Le procès du père Preynat se fait attendre

Après des mois d’engagement, Bertrand Virieux, lui, a préféré cesser le combat. « J’ai compris que la plupart des représentants de la hiérarchie de l’Église, y compris jusqu’au plus haut sommet du pouvoir religieux, n’avaient pas encore pris la mesure de la gravité du phénomène ni apporté de réponses claires, tranchantes et efficaces », indique-t-il à 20 Minutes.

« Cela m’a dissuadé de continuer le combat, qui avait pour objectif initial l’arrestation du prêtre Preynat en vue de sa comparution devant un tribunal. Il est toujours libre de ses mouvements à ce jour et n’a pas encore été jugé, plus de deux ans après sa mise en examen. Quant à la procédure canonique, elle est au point mort », regrette le quadragénaire, soucieux d’aller de l’avant.

« J’ai une vie personnelle et professionnelle à mener », conclut Bertrand Virieux, qui ne sera sans doute plus jamais le même qu’avant cette bataille « éprouvante » et « ébouriffante ».

En partenariat avec France 3 

Nouveau logo france 3