Il fallait oser ! Une entreprise bretonne invente le camembert râpé

GASTRONOMIE AB Technologies a fait sensation avec son produit lors d'un salon consacré à l'agroalimentaire qui vient de s'achever à Rennes...

Jérôme Gicquel

— 

Du camembert râpé, il fallait y penser...
Du camembert râpé, il fallait y penser... — J. Gicquel / 20 Minutes
  • L’entreprise bretonne AB Technologies a déclaré la guerre aux Normands avec son camembert râpé.
  • D’abord destiné aux industriels, le produit vient d’être présenté au Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire à Rennes.
  • Si le consommateur est séduit, le camembert râpé pourrait vite débarquer dans nos paniers.

Invention de génie ou vrai scandale national ? Lors du dernier Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire, qui a fermé ses portes jeudi à Rennes, l’entreprise bretonne AB Technologies a fait sensation en présentant sur son stand du camembert râpé.

Une innovation qui a dû faire bondir en Normandie, la terre d’origine de notre bon vieux « calendos » national. Le PDG de la société, basée à Saint-Sulniac dans le Morbihan, est quant à lui plutôt fier de son coup marketing. « Beaucoup de clients industriels ont été séduits par notre produit et veulent l’essayer », assure Bertrand Jouault.

>> A lire aussi : Saviez-vous que la Bretagne était l’autre pays de la raclette?

L’idée de ce camembert râpé est partie d’un constat assez simple. « La gamme de fromages râpés est finalement assez limitée avec soit de l’emmental, du comté ou du cheddar. Nous avons donc voulu innover en proposant du camembert pour agrémenter les pizzas, les croque-monsieur ou d’autres plats cuisinés », indique le PDG.

Un produit bientôt vendu au grand public ?

Facile à dire mais encore fallait-il pouvoir transformer ce fromage coulant en morceaux râpés. Après six mois de recherche, les équipes de l’entreprise AB Technologies ont finalement réussi à développer un protocole leur permettant de durcir le camembert, transformé en pâte, afin de pouvoir le râper. « Il fallait aussi réussir à garder le goût puissant du camembert », souligne Bertrand Jouault, précisant que son produit contient « au moins 80 % de camembert ».

D‘abord destiné aux professionnels de l’agroalimentaire ou de la restauration, le camembert râpé pourrait vite trouver sa place dans le panier des ménages. « Il faut voir si cela correspond à un vrai besoin chez le consommateur mais on ne se l’interdit pas », poursuit le PDG, qui réfléchit déjà à présenter son innovation lors du prochain Salon international de l’alimentation qui se tiendra courant octobre à Paris.