L'Assemblée nationale va bientôt accueillir une crèche

PALAIS BOURBON L'emplacement exact de la structure n'a pas encore été défini mais plusieurs propositions ont été faites...

L.Br.
— 
Le Palais Bourbon le 7 juin 2017 (image d'illustration).
Le Palais Bourbon le 7 juin 2017 (image d'illustration). — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES

Au grand soulagement de certains parents, l’Assemblée nationale va enfin accueillir une crèche. La décision a été validée par le collège des questeurs de l’Assemblée nationale, qui a reçu les conclusions d’une étude commandée il y a quelques semaines à un cabinet indépendant sur l’utilité d’une crèche au Palais Bourbon.

Selon Le Parisien, les fonctionnaires ont décrété que ce service est nécessaire pour les élus et employés de l’institution. « Cette crèche est destinée aux députés, aux fonctionnaires de l’Assemblée et aux collaborateurs des élus. Mais ce sont surtout ces derniers qui en auront le plus l’usage » En tout, le rapport préconise 30 à 40 lits pour accueillir les enfants.

Transformer la buvette

Une solution qui ne fait pas l’unanimité parmi les élus. « Les députés gagnent suffisamment bien leur vie pour trouver des solutions de garde », avait estimé Aurore Bergé, députée LREM des Yvelines. Mais l’arrivée de nombreux élus issus de la société civile sous la bannière de la République en Marche, avait précisé le besoin d’une telle structure. Cette mesure est d’ailleurs soutenue par François de Rugy, le président de l’Assemblée.

>> A lire aussi : #20MINUIT. Fous rires, cocktails, clic-clac... Des députés nous racontent les séances de nuit à l'Assemblée nationale

Prochain défi : trouver 300 à 400 m² parmi les 155 000 m² de l’Assemblée pour construire le projet. En 2013 déjà, l’ex-secrétaire d’État au numérique Axelle Lemaire avait proposé de transformer la buvette du Palais Bourbon en crèche. Cette proposition a vite été abandonnée. Cette fois-ci, parmi les pistes envisagées figurent l’Hôtel de Broglie, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques ou encore… un appartement de luxe occupé par des fonctionnaires de l’Assemblée.